———————————————–

Des épidémies sont dues à des virus comme le Covid-19, d’autres à des bactéries.

On parle aussi de bacilles ou de microbes. Éclaircissements !

————————————————

Si la dénomination de microbes pour désigner les facteurs de maladies humaines a été inventé par un français, Charles-Emmanuel Sédillot, en 1878, c’est en fait un terme générique qui associe tous les micro-organismes provoquant des affections, les virus (notre photo DR, ci-dessus : le Covid-19 ou Coronavirus), les bactéries, les champignons et protozoaires (comme le vecteur du paludisme).

On distingue deux sortes de microbes, aérobies et anaérobies: Les premiers nécessitent l’oxygène présent dans l’air, comme le bacille de Kock de la tuberculose, les seconds ne peuvent vivre à son contact, comme la bactérie du tétanos.

Les bactéries

Ce sont des micro-organismes unicellulaires qui peuvent se développer seuls. Il faut savoir que toutes les bactéries ne sont pas nocives. Le corps humain en possède et elles sont nécessaires à son bon fonctionnement, digestif ou intestinal notamment.

Les bactéries sont microscopiques , en forme de billes ou de bâtonnets.

Cette dernière forme a valu la dénomination de bacille (du latin bacilum : bâton)

Les bacilles en général portent le nom de leur découvreur. Comme le bacille de Kock de la tuberculose. Et sa forme atténuée qui compose le vaccin dénommé BCG, le bacille de Calmette et Guérin, le bacille de Hansen est responsable de la peste.

Les bactéries sont les premières formes de vie apparues sur terre, il y a trois milliards d’années.

Les bactéries nocives sont celles de la tuberculose, du choléra ou de la peste. Des maladies soignées par des antibiotiques.

Notre photo DR: Le bacille du tétanos, une bactérie en forme de bâtonnet .

Les virus

Les virus ( qui en latin signifie poison) sont des micro-organismes vingt fois plus petits que les bactéries. Ils sont constitués de protéines et d’acides nucléiques. Ils ne peuvent se développer , à la différence des bactéries qu’en se nourrissant dans un organisme vivant . Ce que les scientifiques appellent les cellules hôtes.

Les virus sont responsables de maladies qui peuvent être bénignes , (les rotavirus), ou de maladies graves et mortelles comme l’actuel Coronavirus appelé ainsi en raison de sa forme en couronne , le SRAS, la grippe H1N1 et les grippes saisonnières.
Les maladies virales sont soignées par des antiviraux ou des vaccins qui n’existent pas encore pour le Covid-19 et que les scientifiques sont en train de mettre au point.

Notre photo DR: Le virus d’Ebola.

Comment on soigne le Covid-19 ?

Maladie qui vient d’apparaître, le Coronavirus Covid-19 n’a pas encore de traitements pharmaceutiques spécifiques.

Dans le monde entier c’est ce à quoi s’emploient , en collaboration étroite , les chercheurs ou épidémiologistes.

Pour l’heure on ne dispose que de tests de dépistage.

En premier lieu des écouvillons qui permettent le prélèvement nasal de muqueuse. De nouveaux tests, sérologiques et salivaires ont été élaborés. Le prélèvement sanguin permet aussi de déterminer l’immunité contre le Covid-19et la présence d’anticorps.

En matière de traitements en phase d’expérimentation , il y a la Chloroquine, un médicament pour le traitement du paludisme et par extension du lupus et de la polyarthrite rhumatoïde que le professeur marseillais Didier Raoult applique au tout début des symptômes et non uniquement aux cas critiques comme l’a recommandé le Conseil scientifique et en milieu hospitalier uniquement, ce qui est trop tard selon le médecin marseillais.

En renfort on parle aujourd’hui du BCG le vaccin contre la tuberculose qui, on l’a vu dans de précédents articles, avait aussi par le passé un effet sur la peste. Nombre de médicaments en effet ont un spectre d’application plus large que la maladie spécifique pour laquelle ils ont été mis au point. Déjà utilisé pour les cancers de la vessie, le BCG présente, en effet, un effet protecteur sur les infections , en particulier respiratoires. Mais là encore il faut attendre les conclusions des expérimentations menées.

Un traitement contre le Covid-19 expérimenté par la Chine au départ est aujourd’hui appliqué à titre d’essai clinique. C’est le prélèvement de plasma auprès de patients guéris du Covid-19. Il contient en effet des anticorps qui administrés à des malades en phase aiguë peut être susceptible d’augmenter leurs défenses immunitaires

Quant au vaccin proprement dit, il est aussi à l’étude , mais ne pourra être mis sur le marché pharmaceutique qu’en 2021.

Notre photo DR: Le plasma transfusé.

Prévention : L’hygiène primordiale

La plupart des épidémies le confirment. Un manque d’hygiène est souvent à l’origine de la maladie.

En matière prophylactique, l’Hygiaphone, une marque française, avait été inventé à la suite de l’épidémie de grippe de 1945 qui contamina nombre de guichetiers de la Poste comme de la SNCF et provoqua un absentéisme important.

Il consistait en une membrane vibrante destinée à amplifier le son tout en évitant la projection de microbes.

A partir de 68, une autre gamme fut destinée exclusivement aux banques pour résister aux attaques à main armée.

Et l’hygiaphone disparut des autres guichets. Remplacé, aujourd’hui , par des plaques de plexiglas de fortune ou des masques qui font, encore, cruellement défaut.

Notre photo DR: L’hygiaphone consécutif à la grippe de 1945.

J-L G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *