Cliquez sur la Une pour accéder au sommaire

On ne va pas bouder son plaisir. En ces temps de regards obliques et de haine ascendante, cela fait du bien de lire le parcours de vie que Naïma Charaï (1) a bien voulu confier à notre confrère Jean-François Meekel. Quel combat ! Quelle belle revanche pour cette « petite » de quatre ans débarquée sur le quai de la gare de Monsempron-Libos (Lot-et-Garonne) auprès de son père, venu prêter ses bras au développement économique
de l'usine Pont-à-Mousson à Fumel dans les années soixante-dix. Joli pied de nez au destin laborieux promis à cette famille regroupée dans le « quartier HLM des Marocains » de Condat. Ce ghetto qui rassemblait les familles arrivées en droite ligne de leurs douars. Ces hommes passés
sans transition, d'une agriculture ancestrale à la chaleur incandescente des fours de l'usine.

(1) Conseillère régionale de la Nouvelle Aquitaine, présidente de l'ACSE (Agence pour la Cohésion Sociale et l’Égalité des Chances).

 

Bonus interne Ancrage n°60: cliquez ici!

Un complément au dossier de notre journaliste Simon Loignon à lire dans le numéro d'avril 2017:
- Du Pyrée aux arcades agenaises, l'Odyssée de Kosta Tzouvaras
- Grégoire Spiliopoulos, une histoire de famille.
- Agen, lieu de convergence.

 

 

EXPO JETER L'ANCRE entre Lot et Garonne

Une production Ancrage