Le 13 Septembre la dernière version d’une importante découverte a été mise en ligne dans le grand journal scientifique Toxics :

https://www.mdpi.com/2305-6304/9/9/220/pdf

Fruit d’une collaboration entre des chercheurs de l’INSERM U1139 de l’Université de Paris, Faculté de Pharmacie, et le Pôle Risques de l’Université de Caen Normandie, avec Gérald Jungers et le Pr. Seralini, cette étude démontre d’abord que le glyphosate passe à travers le placenta humain.

Surtout, il est prouvé que le Roundup qui contient du glyphosate porte en plus des toxiques à base de pétrole et métaux lourds qui lui sont associés, et c’est ce produit qui altère sérieusement l’intégrité du placenta, causant des dommages vasculaires, entre autres. Les polluants ne sont pas déclarés et non testés par l’industriel pour l’autorisation du Roundup qui est en fait le produit final utilisé, et non le glyphosate seul.

Ceci pourrait expliquer des problèmes de grossesse ou de malformations à la naissance, ce pesticide étant le plus commercialisé dans le monde et omniprésent dans la chaîne alimentaire.

Le débat sur le glyphosate seul est donc insuffisant pour expliquer la toxicité du pesticide.

Le modèle de perfusion de placenta humain normal prélevé à la naissance est étudié depuis longtemps par les chercheurs, comme les effets du Roundup.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *