Alors que le livre “La France n’a pas dit son dernier mot” d’Éric Zemmour est disponible depuis ce jeudi 16 octobre, une librairie du Loiret a eu une idée pour mettre en valeur “le dialogue plutôt que la stigmatisation”.

Par Louise Wessbecher

Facebook / Au temps des livres L’initiative de la librairie “Au temps des livres” pour la sortie du livre d’Éric Zemmour

ZEMMOUR – “Les bénéfices de la vente du livre d’Éric Zemmour seront reversés à l’association La Maison d’Adam”. Dans la librairie Au temps des livres à Sully-sur-Loire dans le Loiret, un petit écriteau posé sur la pile d’ouvrages La France n’a pas dit son dernier mot du polémiste et potentiel candidat à la présidentielle donne le ton.

“Je m’étais d’abord dit que je ne voulais pas vendre ce livre”, explique la gérante de la librairie, interrogée par Le HuffPost. Mais finalement, Aurélie Bouhours a changé d’avis. “Je défends la liberté d’opinion et de penser de chacun, alors je ne veux pas juger les gens qui lisent le livre de Monsieur Zemmour. D’ailleurs, je crois que le meilleur moyen d’avancer c’est le dialogue, et non la stigmatisation.”

C’est donc après une discussion avec sa fille qu’elle a eu cette idée: reverser l’intégralité des bénéfices des ventes de l’ouvrage à l’association La Maison d’Adam, installée dans la région et qui accompagne douze mineurs isolés arrivés, depuis le Soudan notamment, en France en 2016. Un “joli pied de nez” aux idées d’Éric Zemmour pour cette libraire qui refusait de  

Édité dans sa propre maison d’édition après le refus d’Albin Michel de le publier, le livre d’Éric Zemmour est un essai politique de 350 pages dans lequel ce fervent partisan de la théorie complotiste du “grand remplacement” (de la population européenne par une population immigrée, qui l’organise, ndlr) se dit désireux à ce stade “d’imposer” ses thèmes qui l’obsèdent: l’immigration, l’islam et “l’existence du peuple français”.

Depuis l’installation de cet écriteau, repéré par nos confrères de La République du Centre, la dizaine de clients venus acheter La France n’a pas dit son dernier mot dans la librairie Au temps des livres de Sully-sur-Loire ont été plutôt enthousiasmés par cette initiative. “Et certains, qui ne voulaient pas l’acheter, ont fait un don à la hauteur du prix du livre”, ajoute-t-elle.

Les dons, remis dès la fin du mois de septembre, serviront à financer la prise en charge des frais d’hébergement, de nourriture, d’habillement et de scolarité (notamment des manuels scolaires) de ces jeunes réfugiés qui poursuivent désormais leurs études en France et font preuve d’une “capacité de résilience extraordinaire” pour Aurélie Bouhours.

Imprimé en 200.000 exemplaires, La France n’a pas dit son dernier mot a déjà été réédité 100.000 fois d’après son auteur, qui démarre ce vendredi 17 septembre à Toulon une tournée de promotion au goût de pré-campagne présidentielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *