Le festival “À la rencontre – Tsiganes”, qui se tient jusqu’au 25 septembre à Agde, donne la parole à des comédiens, photographes ou écrivains tsiganes. L’occasion de casser les préjugés qui collent parfois à la peau de cette communauté. 

Article rédigé par

Une image de la photographe Jeannette Grégori exposée à l'office de tourisme d'Agde.  (FRANCEINFO)Une image de la photographe Jeannette Grégori exposée à l’office de tourisme d’Agde.  (FRANCEINFO)

Camille Belsoeur – franceinfo Culture

France Télévisions Rédaction Culture

Publié le 21/09/2021 15:31

Temps de lecture : 1 min.

C’est presque une évidence d’assister à la naissance d’un festival dédié à la culture tsigane, qui se tient pour la première fois à Agde du 18 au 25 septembre, tant cette communauté possède une richesse poétique et intellectuelle. Pourtant, les préjugés qui collent à la peau des gens du voyage ont la vie dure et il a fallu toute l’énergie de Thierry Patrac pour lancer “À la rencontre – Tsiganes”. 

“Vous allez rencontrer des gitans qui vont faire des débats, des rencontres, qui sont allés à l’école. Vous allez apprendre beaucoup de choses”, rigole le patron du l’événement. Sur la liste des invités, il y a notamment l’écrivain Joseph Stimbach. “J’ai toujours défendu l’âme tsigane. Cette façon de bouger, cette façon d’aimer, cette façon de dire les gens. Vous savez, il y a longtemps nous étions tous des nomades“, dit-il. Dans ses livres, cet écrivain issu d’une famille manouche défend invariablement la liberté de circuler sur les routes. 

<iframe width=”560″ height=”315″ src=”//embedftv-a.akamaihd.net/edcdfdeba9448ca0526933b124a87b30″ frameborder=”0″ scrolling=”no” allowfullscreen></iframe>

Sauver la culture tsigane

Au cours de ce festival, des réflexions sur la déportation des Tsiganes lors de la Seconde Guerre mondiale seront abordées. La réflexion se portera aussi sur comment sauver la culture tsigane, dans un monde qui cherche à diluer le nomadisme. La photographe Jeannette Gregori se félicite de la tenue de cet événement. “C’est à la fois un festival organisé par les Tsiganes, ce qui est rare, avec une dimension presque intellectuel qui est importante, se réjouit-elle. C’est ce qui me plaisait.”

Le festival se tient à l’office du tourisme d’Agde. Les clichés de Jeannette Grégori y sont exposés. Depuis sa rencontre avec une communauté manouche en 2009, la photographe rend hommage à ce peuple en portant un regard poétique sur des scènes de vie. À l’image de ce festival tout jeune, elle casse les codes. 

Le festival “À la rencontre – Tsiganes” est visible à l’office de tourisme d’Agde jusqu’au 25 septembre. Entrée libre. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *