STANISLAS SWIETEK – Un enfant des corons –

Fils d’un mineur et d’une paysanne polonaise immigrés, Stanislas Swietek a essuyé les Insultes racistes pendant son enfance et bénéficié des encouragements de professeurs qui l’ ont considérablement marqué.

“Quarante ans et deux mois après” –

Officier de réserve de l’armée française, retraité de l’enseignement, Stanislas Swietek était directeur des écoles de Sidi Ali-Casaigne en septembre 1962, au lendemain de l’indépendance. Quarante ans et deux mois après son départ, les enseignants et les anciens élèves lui ont rendu hommage.

“il faut l’avoir vécu.” L’Algérie et sa population méritent d’être connues et reconnues !” affirme Stanislas Swietek. L’enseignant en retraite commente ses expériences algériennes après l’indépendance et son retour à Sidi Ali en 2008. Séquence émotion forte.

LILLA PAPP – Un violon dans ses bagages – Lilla est hongroise. En 1992, répondant  à l’annonce du virtuose Alain Besson, elle arrive en France avec sa jeunesse, son sourire, sa joie de vivre et un violon dans ses bagages

LEONARD DUMAN (Roumanie-Bordeaux) – Rom, “homme” et Européen – Né le 9 février 1989 à Urziceni (Roumanie), Léonard Duman est arrivé en France à  l’âge de 15 ans. Il a élu domicile àBordeaux avec femme et enfants. Un Rom ? Oui. Et un citoyen de l’Union Européenne.

PROCOM ET LES 300 ROMS – Soutenus par l’association PROCOM, les Roms ne seraient peut-être pas venus s’il n’avait fallu trouver de la main d’oeuvre bon marché pour la construction du tramway à Bordeaux.

DE SEPTFONDS (TARN-ET-GARONNE) Ë FUMEL (LOT-ET-GARONNE)

Les hauts-fourneaux au bout de l’exil – Luis Isaac Casares, inaugurera une plaque à la mémoire de ses compagnons espagnols de la Société métallurgique du Périgord, issus comme lui du camp de concentration de Septfonds (Tarn-et-Garonne) en 1939. Une rue de Fumel (Lot-et-Garonne) pourrait porter son nom.

PACO IBANEZ – “HALTE AU TRIOMPHE DU MOI” – L’artiste et militant répond aux questions d’ Ancrage sur la situation politique de l’Espagne depuis la fin du franquisme. Décapant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *