Ces maires venus d’ailleurs – Quelles différences y-a- t-il entre Gérard Gouzes, le pied-noir de Tlemcen, Pierre Polivka, l’ukrainien d’Aiguillon, Daniel Baechler, le Suisse du Temple-sur-Lot, René Ortyl, le Polonais de Saint-Eutrope de Born et tant d’autres élus venus d’Italie, d’Espagne et d’ailleurs?

Bien des facteurs distinguent sinon opposent ces hommes politiques qui sont l’expression de la vie démocratique du département. Mais il y a au moins deux points qui leur sont communs. L’écharpe tricolore du maire. Et des origines familiales qui labourent des terres lointaines.

Avec « ces maires venus d’ailleurs » – sans préjugé et en toute liberté – Ancrage part à la rencontre de ces élus qui ont accepté d’ouvrir l’album des familles. Le voyage débute à l’Ouest du département avec le maire de Marmande. Gérard Gouzes nous conduira en Andalousie, en Languedoc, en Algérie et sur les rives du Lot. La suite dans de prochains numéros.

Gérard-Aristide Gouzes, le pied-noir de Tlemcen

Le maire de Marmande est né à Tlemcen d’une mère Andalouse et d’un père Languedocien par la “faute “de son oncle, Aristide, nommé curé en Algérie par l’évêque de Narbonne

Alfieri Dall’Agata l’antihéros

Alfieri Dall’Agata est âgé de quelques mois à l’arrivée de sa famille en France en 1923. Les chantiers de jeunesse, le STO en Autriche où il frôle la mort, la résistance à Castillonnès puis l’occupation de l’Italie et de l’Allemagne vaincues engloutissent une jeunesse de drames qu’il ne peut oublier

DEMANDEURS D’ASILE

Passeport pour une autre vie

C’est une grande maison jaune, située à Bon-Encontre, près d’Agen, face à Inter-marché. Cet ancien hôtel abrite le CADA ( Centre d’accueil pour les demandeurs d’asile). Un intermède cosmopolite entre espoir et désespoir.

“France, terre de migrations”

Mobilité des travailleurs étrangers en France : quand le passé ressurgit en pleine actualité

Par Jérome Scarabello

Les fosses du franquisme

Emilio Silva et Santiago Macias trempent leur plume dans une plaie qui n’est pas encore cicatrisée, celle de l’extrême brutalité du travail d’éradication de républicains ordinaires auquel s’est livré le franquisme pendant la guerre civile et la dictature

Mayotte, les Comores et la France

En marge du travail réalisé par les élèves Mahorais du lycée de Fumel publié dans la chronique “D’un Pays à l’autre” le Lot-et-Garonnais, Jean Fasquel témoigne de son expérience de directeur de l’enseignement à Mayotte dans un ouvrage sorti en 1991

D’un Pays à l’Autre

Portraits, commentaires, interviews, dessins, pour la troisième année consécutive collégiens, lycéens du département et de Mayotte racontent la mémoire du monde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.