PHILIPPE TRAN

Voyage vers ses racines

Philippe Tran, qui exerce les fonctions de directeur-adjoint à la direction éducation, sports, jeunesse et interventions départementales du Conseil général de Lot-et-Garonne – il y est fonctionnaire depuis 1988 -, est né à Saïgon d’un père vietnamien et d’une mère lot-et-garonnaise

MARGUERITE DURAS (1914-1996)

Une Française d’Indochine aux racines lot-et-garonnaises

Son père Henri (dit Emile) Donnadieu est originaire de Villeneuve-sur-Lot, une ville dans laquelle le grand-père paternel de Marguerite exerçait la profession de cordonnier, rue Saint-Etienne

LES ANCIENS DE LA FOEFI

Son nom ? quel nom ?

Durant la guerre d’Indochine, cinq mille enfants nés de militaires français et de jeunes femmes autochtones furent abandonnés par leurs pères et séparés de leurs mères. Ils tentent aujourd’hui de reconstruire un passé douloureux malgré l’omerta de l’Armée française. Parmi eux, Jacqui Maurice, enfant métissé, dont le nom fut choisi par un magistrat de Saïgon

La Fédération des Oeuvres de l’Enfance Française d’Indochine (F.O.E.F.I) a été créée en 1939 et reconnue d’utilité publique. son but était d’organiser et de coordonner l’action de toutes les œuvres philanthropiques réservés aux Eurasiens d’Indochine (Orphelins et enfants abandonnés

à l’origine). Dès 1939, des Eurasiens (nes) ont été rapatriés en France. La F.O.E.F.I a accentué le départ des Eurasiens (nes) pour la France. Selon les sources on estime à 4500 ou 5000 le nombre d’enfants abandonnés.

UN HOMME D’HONNEUR EN INDOCHINE

Jean, le casque blanc

Gendarme à 21 ans, il est affecté dans l’Indochine en guerre. Ses missions, le renseignement et, après l’armistice, l’accueil des prisonniers libérés et soldat de la paix comme on appelait les « casques blancs », précurseurs des casques bleus de l’ONU

ARTISTE DU BOUT DU MONDE

Les palombes de Hanoï

Avec ses palombes de bambou fabriquées à Hanoï, Sébastien Jourdain, un artiste créateur, participe à l’envol des pays émergents sur les marchés touristiques des départements aquitains. Ses oiseaux intéressent aussi les paloumayres du cru

“Dictionnaire Toponymique des Communes du Lot-et-Garonne”

Cet ouvrage appartient à un corpus de cinq dictionnaires toponymiques donnant l’origine des noms des communes des départements d’Aquitaine.

Valoriser et sauvegarder un patrimoine toponymique mis en péril par la diminution du nombre de locuteurs naturels est le principal objectif de cette étude.

Par Bénédicte Boyrie- Fénié, avec la collaboration d’André Bianchi, de Pèire Boissière, de Patrice Gentié et de Maurice Romieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *