Afrique XXI publie ce jour (voir ci dessous) une critique du livre de Khalid Lyamlahy, Évocation d’un mémorial à Venise, Présence africaine (2023) qui relate le suicide dans la lagune de Venise d’un jeune exilé. Dans le même temps, le bordelais Christophe Dabitch écrivain et auteur de scenarii de bandes dessinées publie chez Futuropolis Le Passeur de Lagunes avec au dessin le vénitien Piero Macolo. Un superbe album qui met en scène la quête d’un jeune homme: son père a disparu et au long de l’enquête que poursuit le fils, sortent de l’ombre tous ces personnages plus ou moins mafieux, marginaux qui peuplent la lagune et ses îles isolées, des barques émergeant de la brume, chargées de silhouettes qu’on devine être des sans papiers, victimes des trafiquants. Et le père dont on craint, avec son fils, qu’il soit du côté des méchants est justement l’un de ses sauveurs de migrants, le passeur de la lagune. Le tout magnifiquement illustré par Pierro Macolo. A consommer sans modération Jean-François Meekel
Le 21 janvier 2017, un jeune exilé venu de Gambie se jette dans l’eau glaciale du Grand Canal de Venise et se noie sous le regard ébahi des touristes. Personne ne lui vient en aide. Certains l’insultent. Pateh Sabally avait 22 ans. Mais pourquoi avoir traversé le Sahara, puis la Méditerranée et enfin l’Italie, pour, finalement, se donner la mort dans l’une des villes les plus connues au monde ? Khalid Lyamlahy ne prétend pas pouvoir répondre à cette question. Hanté par ce drame, l’écrivain marocain s’est lancé sur les traces de ce réfugié parmi d’autres afin, sinon de comprendre son acte, d’en saisir la portée pour « désenclaver [son] histoire », dans le but de « l’ouvrir et la rattacher au monde ». « Pourquoi Venise ? Pour crier au monde ta blessure ou pour laisser une bulle de silence dans le vacarme ? », interroge-t-il. Avec talent, l’auteur tisse un lien invisible avec Pateh, une intimité posthume qu’il restitue dans un monologue poétique où s’entremêlent fiction et réalité, faits et pensées. Dédié « à la mémoire des Africains morts loin de leurs terres, ensevelis dans le silence et l’oubli », disparus dans « un silence macabre » et souvent réduits à « des chiffres enveloppés dans des couvertures de survie », Évocation d’un mémorial à Venise rappelle une évidence que nombre de dirigeants européens ont choisi d’ignorer : derrière les chiffres de la prétendue « invasion » se jouent des drames personnels qui nous concernent toutes et tous. « Avec les récits de réfugiés, on pourrait composer une sorte de dictionnaire de la défaite collective », écrit-il. À la lettre P, on trouverait le nom de Pateh. A lire : Khalid Lyamlahy, Évocation d’un mémorial à Venise, Présence africaine, 2023, 175 pages, 12 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.