Nous débutons l’année avec un de ces conflits qui ravage l’Iran et où les massacres de populations perdurent.
Nous vous proposons en partenariat avec le cinéma

J. Renoir à EYSINES rue du Lt Villemeur

Mercredi 11 Janvier à 20 h 30
Un film iranien « juste une nuit » de Ali Asgari
Le film sera présenté et suivi d’un débat avec
Mehrnaz BEHZAD, Féministe et juriste iranienne, qui nous informera et nous dira son analyse de la situation à l’occasion de la projection de ce film

Plus de 100 jours après le début du mouvement révolutionnaire en Iran Femme Vie Liberté la situation est catastrophique. Les manifestant.es sont réprimés par de nombreuses peines lourdes dont des pendaisons. Malgré ça, les iranien.nes continuent par tous les moyens de se battre contre la dictature et demandent un changement du régime. Des grèves généralisées, des manifestations et des expressions créatives de désobéissance civile affrontent les forces répressives du Régime sur différents plans pendant que la diaspora iranienne continue de solliciter les organisations internationales et les gouvernements occidentaux pour leur demander d’agir face à la barbarie de la république islamique. La répression sanglante reste le seul moyen pour le régime de protéger ses intérêts. Alors que plus de 18000 personnes ont été arrêtées de manière arbitraire, les récits d’agressions sexuelles, de viols et de tortures dans les centres de détention rapportés par CNN deviennent inquiétants. Depuis le début de ce mouvement suite au meurtre de Mahsa Jina AMINI, une jeune fille de 22 ans, violemment arrêtée par la police des mœurs pour un voile soi-disant mal porté, plus de 450 personnes ont été tuées dans les manifestations dont plus de 60 enfants et des milliers de personnes ont été blessées dont plus de 500 ont perdu au moins un œil.

La connexion Internet et l’accès aux réseaux sociaux a été gravement entravé depuis le 22 Septembre. Les images et vidéos de manifestations nous parviennent difficilement en passant par des VPN et font prendre de graves risques aux personnes qui les publient.

Venez vous en informer et en débattre le 11 janvier à 20 h 30.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.