Comment les personnalités noires ont contribué au monde de l’art, de la danse et de la musique en Europe

photographie de l'œuvre d'installation Vacation de Shonibare

Les Noirs ont été dépeints dans l’art dès le Moyen ge, parfois sous un jour positif, parfois sous une forme péjorative et négative. Historiquement, les Noirs ont également offert aux riches Européens des spectacles de musique et de danse pour se divertir. Cependant, les réalisations personnelles des Noirs dans ces domaines étaient peu reconnues.

Juan de Pareja

On suppose que l’artiste baroque espagnol Juan de Pareja est né en esclavage vers 1610, très probablement à Antequera, en Espagne, d’une femme africaine et d’un père hispanique. On sait très peu de choses sur ses origines. On suppose que Pareja a été asservi par le peintre Diego Velazquez, et que Juan de Pareja était son assistant d’atelier.

portrait peint de Juan de Pareja par le peintre espagnol Diego Velazquez

La première référence connue à Pareja en tant que peintre remonte à 1630, dans une lettre adressée au notaire de la ville de Séville. Dans cette lettre, il demande la permission de s’installer à Madrid pour poursuivre ses études avec son frère. Étant donné que Velazquez n’est pas mentionné dans cette lettre, il est possible qu’à cette époque, il ait déjà été libéré de l’esclavage, ou même qu’il ne soit pas né esclave mais libre. À l’époque, il était interdit aux personnes asservies de devenir peintres.

Tableau religieux représentant le Christ apparaissant dans le bureau du collecteur d'impôts et appelant Matthieu à le suivre. Juan de Pareja se peint lui-même dans la scène.

Lors d’un voyage en Italie avec Velazquez en 1649, ce dernier a peint son célèbre portrait de Pareja. La plupart des sources affirment qu’en 1650 – alors qu’ils étaient encore ensemble en Italie – Velazquez a signé un document juridique qui accorderait à Pareja sa liberté quatre ans plus tard, à condition qu’il ne s’échappe pas ou ne commette aucun acte criminel pendant cette période. Dans ce cas, les affirmations selon lesquelles Pareja a été émancipé en 1630 seraient fausses.

À partir de cette date et jusqu’à sa mort en 1670, Pareja a travaillé comme peintre indépendant à Madrid, où il a réalisé des portraits et des œuvres religieuses de grande envergure. La Vocation de Saint-Matthieu (1661) est considéré comme son chef-d’œuvre. Dans cette œuvre, il se peint lui-même comme le personnage le plus à gauche, tenant un morceau de papier sur lequel on peut lire « Juan de Pareja en l’an 1661 ».

Yinka Shonibare

Dans le monde de l’art contemporain, l’artiste nigérian britannique Yinka Shonibare explore l’identité, le colonialisme et le post-colonialisme. Il est né à Londres en 1962 de parents nigérians et sa famille est retournée au Nigeria lorsque Shonibare avait trois ans. Il est retourné à Londres à l’âge de 17 ans pour passer ses examens de fin d’études. À 18 ans, il a contracté une myélite transverse, une inflammation de la moelle épinière, qui a entraîné un handicap physique à long terme, laissant un côté de son corps paralysé.

Shonibare a étudié les beaux-arts à la Byam Shaw School of Art et à la Goldsmiths University. Après ses études, il a travaillé dans le développement artistique à Shape Arts, une organisation qui se consacre à rendre l’art accessible aux personnes handicapées.

Photo de Shonibare en dandy lors d'une fête aristocratique où il est adulé par la haute société blanche.

Son œuvre Diary of a Victorian Dandy: 19.00 hours fait partie d’une série de photographies qui le dépeignent comme un dandy et un marginal, utilisant le style et la flamboyance pour entrer dans la haute société. La série reflète le style similaire des caricatures satiriques du peintre du XVIIIe siècle William Hogarth.

En 2002, le critique d’art, écrivain et éducateur nigérian Okwui Enwezor a commandé à Shonibare son œuvre la plus reconnaissable, Gallantry and Criminal Conversation. Cette commande l’a propulsé sur la scène internationale.

photographie de l'œuvre d'installation Vacation de Shonibare

Dans nombre de ses œuvres, Shonibare utilise des imprimés et des textiles typiquement africains. On pense que certains de ces motifs sont issus des techniques indonésiennes de batik, introduites en Afrique de l’Ouest par les colonisateurs néerlandais. Les entreprises néerlandaises ont depuis exporté ces textiles en Afrique de l’Ouest pendant des siècles. Son utilisation de ces textiles réaffirme la complexité de l’identité et de la culture.

Son installation Vacation, réalisée en 2002, montre une famille d’astronautes portant des combinaisons spatiales fabriquées à partir de ces textiles. Cette œuvre aborde les contradictions entre le postcolonialisme, la perception d’une Afrique « appauvrie » et les réalisations scientifiques avancées du monde occidental, ainsi que les complexités de la dynamique du pouvoir dans le paradoxe colonisé-colonisateur-explorateur.

Scramble for Africa (2003) de Shonibare est une reconstitution de la conférence de Berlin de 1884-1885. À l’époque, les dirigeants européens ont discuté entre eux du continent africain et l’ont divisé pour revendiquer ses territoires. Dans l’œuvre, des personnages sans tête sont assis autour d’une table. L’absence de tête peut être considérée comme une représentation de la perte d’humanité et d’identité des dirigeants européens.

J’ai voulu représenter ces dirigeants européens comme des êtres sans cervelle, avides de ce que le roi belge Léopold II appelait « une part de ce magnifique gâteau africain ».

L’œuvre est également un examen de la manière dont l’histoire se répète. Shonibare déclare : « Lorsque je l’ai réalisée, j’ai vraiment pensé à l’impérialisme américain et au besoin de l’Occident en ressources telles que le pétrole, et à la façon dont cela empêche l’annexion de différentes parties du monde ».

Ignatius Sancho

portrait peint d'un jeune Ignatius Sancho

Ignatius Sancho est né vers 1729 sur un navire négrier dans l’océan Atlantique. Une fois le navire arrivé en Nouvelle-Grenade, Sancho a été vendu comme esclave. Malheureusement, sa mère est morte peu de temps après leur arrivée dans la colonie et on dit que son père s’est suicidé plutôt que de vivre comme un esclave. Il a été emmené en Angleterre avant même d’avoir deux ans, où il a été vendu à trois sœurs de Greenwich, où il est resté en esclavage pendant dix-huit ans. Mécontent de son manque de liberté, Sancho s’est enfui à Londres, à Montagu House, la maison du duc de Montagu, qui avait encouragé Sancho à lire et lui avait accordé une attention particulière lors de sa visite à Greenwich. Pendant son séjour à Montagu House, Sancho a développé son intérêt pour la lecture, la poésie, la musique et l’écriture.

On se souvient surtout de Sancho comme d’un compositeur, écrivain, acteur et abolitionniste. Après sa mort, ses lettres ont été publiées. Dans ces lettres, Sancho fait le récit de sa vie, une première description de l’esclavage écrite du point de vue d’une personne asservie.

 Un portrait en médaillon d'Ignatius Sancho avec son nom en dessous.

Les chorégraphies de danse de Sancho, créées parallèlement à ses propres compositions musicales, sont moins bien documentées. Sancho a travaillé sur des formes de danse courantes dans la société géorgienne – telles que les menuets, les cotillons et les danses country – qui sont antérieures au ballet britannique.

Ses œuvres de danse qui subsistent aujourd’hui ont été publiées à l’origine dans un certain nombre de recueils dans les années 1770. À l’heure actuelle, 24 de ses œuvres de danse sont disponibles dans des collections publiques, mais il en existe peut-être d’autres dans des archives plus importantes ou privées.

Les Ballets Nègres

En 1946, 166 ans après la mort de Sancho, Les Ballets Nègres – la première compagnie européenne de danse noire – ont été fondés par Richie Riley et Berto Pasuka à Londres. Ses danseurs et son personnel étaient originaires de Jamaïque, de Trinidad, du Ghana, de Guyane britannique, du Nigeria et d’Allemagne. Ils ont mélangé les styles de danse traditionnels des Caraïbes et de l’Afrique avec des danses modernes et des thèmes liés au colonialisme et au folklore africain et caribéen. Leur première saison, d’une durée de huit semaines, s’est déroulée à guichets fermés et a connu une tournée très réussie à travers l’Europe.

La compagnie a fermé ses portes en 1952, car elle ne parvenait pas à survivre grâce à la seule vente de billets et les bailleurs de fonds refusaient de la soutenir. Bien qu’ils aient été des pionniers de leur temps, ils ont été à peine reconnus dans l’histoire de la danse européenne.

Yannick Noah

 Yannick Noah tenant un micro et chantant sur scène

Ancien joueur de tennis français, Yannick Noah a commencé sa carrière musicale en 1991 avec son album Black or What. Le dernier titre de l’album, Saga Africa, est devenu un tube de l’été en France, atteignant le statut de disque d’or. Bien que la majeure partie de l’album soit en anglais, les paroles de Saga Africa – composées par Noah – sont un mélange d’expressions françaises et camerounaises, et comprennent également un hommage à l’équipe nationale de football du Cameroun.

Noah est né en 1960, et a passé son enfance au Cameroun. Il est le fils du footballeur camerounais Zacherie Noah et de sa femme française Marie-Claire.

Son album Charango, sorti en 2006, s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires, et sa chanson Aux arbres citoyens a été numéro un des charts en France pendant trois semaines. Cette chanson parle de la défense de l’environnement et encourage les gens à protéger notre planète. Elle est souvent chantée dans les écoles françaises.

En 2010, il fait son retour avec son huitième album, dans lequel figure le single Angela, dédié à la militante politique américaine Angela Davis.

https://player.ina.fr/player/embed/VDD09019855/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/620/349/0

Fête de la musique: Yannick Noah en concert à Central Park, Thomas Viguier for AFP, Institut national de l’audiovisuel, In Copyright

Outre sa carrière musicale, Noah est surtout connu comme ancien joueur de tennis professionnel. Au cours de sa carrière de tennis, qui s’est étendue sur près de deux décennies, il a remporté un total de 23 titres en simple et 16 titres en double, atteignant le meilleur classement de sa carrière en simple, à savoir la troisième place mondiale en juillet 1986, et le numéro un mondial en double le mois suivant. Il a également été le capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis et de Fed Cup, et a été intronisé en 2005 dans le hall of fame du tennis international.

Photographie en noir et blanc d'un jeune Yannick Noah en action sur un court de tennis.

A SUIVRE CHAPITRE 4: LES SPORTIFS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *