Le génocide  des Tutsi, c’était il y a 25 ans, pourtant les rescapés et leurs ami-e-s refusent de désarmer. « Le deuil ne sera pas accompli tant que la vérité ne sera pas connue » a répété Noel Mamère au cours de la table ronde (1) qui a clôt la journée consacrée au 25ème anniversaire du génocide dans la commune dont il fut longtemps le maire. Une journée de témoignages et de réflexion à l’initiative du Cauri, association locale Il s’agissait de préciser « l’implication française dans le génocide des Tutsi avec donc Noel Mamère député et à ce titre membre de la mission Quilès de 1998, Jacques Morel, chercheur au Cnrs et auteur d’un ouvrage intitulé la France au cœur du génocide des Tutsi » et Laurent Larcher, historien, journaliste à La Croix, spécialiste de l’Afrique et auteur en particulier d’un livre récent « Rwanda ils parlent » ; un recueil de témoignages de militaires et  d’hommes politiques concernés par l’affaire. 

                      Primo Levi et Anna Arendt

Le bilan reste accablant et le déni total disent en chœur les 3 intervenants. Jacques Morel s’appuie sur de nombreuses archives, belges en particulier, plus  accessibles et publiques que celles de la France ou bien celles qui ont « fuités » pour démontrer la co-responsabilité de la France dans le génocide. « La France a laissé faire le génocide » dit-il,  désignant le quatuor politique Mitterrand-Védrine-Léotard-Juppé cornaqués par chefs  militaires qui n’étaient pas favorables aux accords d’Arusha et qui ont fait la politique de la France au Rwanda conclut en substance Jacques Morel.  Laurent Larcher convoque Primo Levi et Anna Arendt, les responsables politiques à la manière d’un Papon qui affirmait que «  si c’était à refaire, il le referait » restent droit dans leurs bottes et dans leur déni et leur incapacité à douter selon Arendt, ce refus du doute qui leur fit écarter toit ce qui ne correspond pas à leur vision du monde. Seul, Alain Juppé, le ministre des affaires étrangères du gouvernement de cohabitation Balladur confronté par l’auteur à la réalité du génocide rapportée par les militaires de l’opération Amaryllis qui ont assisté aux massacres sans intervenir fend avec réticence l’armure et reconnait que l’honneur aurait dû les pousser à s’interposer …contre les ordres officiels… Aveux !          

Pays des droits de l’homme versus pays de la  déclaration des droits de l’homme.

 Noël Mamère, alors maire de Bègles  fut à l’initiative de l’œuvre commémorative picturale tirée de la série des Hommes debout du plasticien Bruce Clarke  qui orne le patio de la chapelle Mussonville de Bègles devenue une salle de spectacle. En 2004, sous l’impulsion des 6 députés écologistes (dont lui) au parlement et celle des associations fut composé  une commission d’enquête  citoyenne sur l’implication de la France au Rwanda. Furent entendu notamment Pierre Brana, ancien député de la Gironde, l’un des deux rapporteurs de la commission Quilès, l’un des rares qui doute. Dans une interview donnée au Nouvel Obs en 2014, cet ancien proche de Rocard a fait part de ses réflexions très personnelles sur le génocide et dans la formule «  un pays se grandit quand il reçonnait ses erreurs et ses fautes », il laisse bien entendre que l’état français et son armée sont bel et bien impliqués dans le drame rwandais. Il livre aussi à Adélaïde Mukantabana (2) qui l’interroge sur l’éventuellement avènement de la vérité :« mais   vous croyez que ces gens sont bêtes pour scier la branche sur laquelle il sont assis » Et Adélaïde de penser à haute voix et avec regret qu’il faut du coup souhaiter leur mort… » Ne pas confondre le pays des droits de l’homme et le pays de la déclaration des droits de l’homme » ironise-t-elle encore.

Et quid de la commission Duclerc décidée par le président Macron. « Elle n’est pas à la hauteur du sujet, on en a écarté tous les spécialistes » assure Laurent Larcher. Pas plus que la mission parlementaire de 1998, elle n’aura accès à l’intégralité du fond Mitterrand, archives consultables seulement selon le bon vouloir de Dominique Bertinotti qui a en charge la gestion des écrits du président. Pourtant dit David Martin, animateur de la rencontre et pilier de l’association Survie, même si la puissance de frappe des partisans du silence est sans commune mesure avec celle de ceux qui cherchent la vérité, il faut continuer à se battre, à faire pression, à mobiliser sans perdre de vue que le génocide rwandais s’inscrit dans une logique colonialiste globale qu’il ne faut pas perdre de vue selon Karfa Diallo, de Mémoires& Partages.

                        Jean-François Meekel     

1 : L’auteur de ces lignes prit par la conférence de rédaction d’Ancrage n’a pu assister à la totalité de la manifestation et notamment aux témoignages de Beata Umubyeyi et Adelaïde Mukantabana, rescapées et auteures. .  

2 : Adelaïde Mukantabana créatrice et animatrice de l’association Cauri, en charge de la mémoire du génocide sur l’agglomération bordelaise est l’auteure d’un témoignage intitulé « L’innommable un récit du génocide tutsi » L’Harmattan, janvier 2016

3 : https://www.nouvelobs.com/monde/20140404.OBS2706/rwanda-un-pays-se-grandit-quand-il-reconnait-ses-erreurs.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *