https://www.franceculture.fr/emissions/linvitee-des-matins/haiti-le-droit-de-vivre-et-la-rage-decrire-jean-damerique-est-linvite-des-matins-dete?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR2CPbbeufQzfAyCk3rpKnAnMaLkHyWdnCnZoV970zYz3Phv0PojQdwZ3E8#Echobox=1628868072

Notre pays a été détruit, et maintenant il détruit chaque individu, personnellement. Il détruit chaque être, dans son lieu le plus intime.” Ce sont les mots du poète et écrivain haïtien Jean D’Amérique. Il est notre invité.

Jean D'Amérique
Jean D’Amérique• Crédits : Marie Monfils

“Être haïtien, c’est naître dans le sang, grandir dans le sang – ou souvent ne pas avoir le temps de grandir – et finir dans une flaque de sang. Être haïtien, c’est attendre sa balle.” Tels sont les mots du poète, dramaturge et auteur haïtien, Jean D’Amérique, 26 ans, qui dans une tribune  à «Libération», que vous pouvez consulter ici, a donné son regard sur l’assassinat de Jovenel Moïse et sur l’état de son pays. 

Les Haïtiens sont-ils condamnés à être éternellement en transit, à la recherche d’un pays où habiter, vivre et non pas survivre ? Est-on pris dans cette alternative entre être condamné à l’exil ou à la mort ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *