Ce vendredi, une nouvelle action menée par le collectif écologiste a visé le groupe pétrolier, sponsor du Tour de France. Extinction Rebellion dénonce l’attribution de la légion d’honneur à Patrick Pouyanné, pdg de Total Energies.

Très tôt ce vendredi 21 juillet, des membres de Extinction Rebellion Bordeaux, collectif de désobéissance civile non violente qui alerte sur le dérèglement climatique, ont coloré l’eau de la Fontaine des Trois Grâces en noir, couleur pétrole, et affiché un collage sur le bassin : « Total pollue et reçoit la légion d’honneur ».

« Extinction Rebellion Bordeaux lui adresse également sa légion d’horreur », ajoute le collectif dans un communiqué envoyé ce samedi.

L’action veut dénoncer la distinction par le président de la République Emmanuel Macron, le 14 juillet, de Patrick Pouyanné, le PDG de Total, mais également « la réponse systématiquement répressive des Forces de l’Ordre ».

Interpellation et garde à vue

Le collectif fait référence au 7 juillet, ce vendredi où le Tour de France était de passage à Bordeaux. Un couple avait escaladé l’échafaudage installé sur la façade d’un immeuble place de la Bourse pour déployer une affiche contre Total Énergies, « entreprise écocidaire ». Dénoncé par un spectateur, la police a rapidement interpellé les deux militants qui étaient également en possession de fumigènes.

Extinction Rebellion rapporte que durant une garde à vue de 24h, la police a « refusé l’accès au médecin à l’un·e des deux activistes » et ajoute « qu’une perquisition [a eu lieu] chez les jeunes rebelles menoté·es et escorté·es de 7 agents ». 

Dans son communiqué, le collectif s’en prend aussi à Patrick Pouyanné « climato-sceptique admis connu pour ses décisions controversées, notamment l’augmentation des dividendes “en même temps” que des centaines de licenciements et l’importation de gaz russe après l’invasion de l’Ukraine ». Il promet de nouvelles actions « contre Total, sur le Tour de France et ailleurs ».

Photo fournie par Extinction Rebellion Bordeaux (DR)

Un méga oléoduc pétrolier contesté

Le dimanche 2 juillet, avant le passage du Tour à Bordeaux, Extinction Rebellion, avec Greenpeace, Cycles&Manivelles, et le Collectif Bordeaux Centre avaient organisé une vélorution. Une centaine de cyclistes s’était retrouvée pour « un Tour de France sans filtre, pour questionner sur les financements du sport qui permettent le greenwashing des énergies fossiles, et la place qui est faite aux cyclistes du quotidien qui roulent sans Total ».

Extinction Rebellion Bordeaux rappelle que, dans son sixième rapport en date du 20 mars 2023, le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) évoque « les politiques actuelles en œuvre [qui] mènent à un réchauffement estimé à 3,2° en 2100 et que cela signifierait un monde invivable dans de nombreuses régions et pour beaucoup d’espèces ».

Il souligne également que de nombreux scientifiques et experts du GIEC ont dénoncé « le développement par TotalEnergies de nouveaux projets fossiles ». Il prend l’exemple du méga-projet d’oléoduc pétrolier, EACOP, qui « menacera 2000 km2 d’habitats fauniques protégés, qu’il mettra en danger 35 cours d’eau et 2 lacs, qu’il affectera plus de 100 000 habitants ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.