RABAT, MAROC – En février 2020, Fouad Abdelmoumni, militant marocain des droits de l’homme, a reçu une nouvelle effrayante : sa partenaire et lui avaient été filmés en train de faire l’amour dans leur propre maison, et des vidéos de leurs moments intimes circulaient sur WhatsApp.

Des amis et des membres de la famille ont dit à Fouad Abdelmoumni qu’ils avaient reçu une séquence de sept vidéos d’un numéro inconnu, apparemment filmées depuis des bouches d’aération de la climatisation qui permettaient de voir l’intérieur de la chambre et du salon. Quand Abdelmoumni est allé vérifier lui-même les bouches d’aération, il n’a trouvé aucune caméra. « Je me suis senti violé et triste pour mon pays », a-t-il déclaré dans une interview à The Intercept.

Cet économiste de 63 ans, qui critique fréquemment la corruption et les abus du makhzen, un terme général utilisé pour décrire les élites dirigeantes du Maroc et leurs alliés, dit qu’il n’a aucun doute sur le fait que les vidéos étaient destinées à des représailles pour son franc-parler. Quelques mois plus tôt, l’activiste, proche de l’Association marocaine des droits de l’homme et membre du conseil d’administration de l’affilié marocain de Transparency International, avait publiquement dénoncé une autre affaire de surveillance.

En octobre 2019, Abdelmoumni avait été informé par le Citizen Lab, un groupe basé à l’Université de Toronto qui suit la surveillance numérique dans le monde entier, qu’il était apparu, aux côtés de sept autres activistes et journalistes marocains, sur une liste de cibles potentielles d’un logiciel alors peu connu appelé Pegasus. Développé par le groupe NSO, basé en Israël, ce logiciel espion pourrait permettre à des pirates de surveiller les communications et d’autres données du téléphone portable d’Abdelmoumni. Ce dernier a réagi en signant une lettre, à laquelle s’est joint le reste du groupe, adressée aux autorités marocaines chargées de la protection des données, dénonçant la surveillance et demandant au gouvernement d’ouvrir une enquête. (Divulgation complète : L’un des coauteurs de cette histoire, Abdellatif El Hamamouchi, a également été informé à l’époque qu’il avait figuré sur la liste et cosigné cette lettre).

La vidéosurveillance du domicile d’Abdelmoumni n’était pas le produit du logiciel espion Pegasus. Il pense plutôt que cette intrusion dans sa vie privée est une forme d’extorsion destinée à le décourager de parler de la corruption. Il a publiquement affirmé que la surveillance avait été menée sur ordre du roi. « M. Abdelmoumni affirme que des dizaines de détracteurs du roi […] ont fait l’objet de campagnes de dénigrement similaires », rapportait The Economist en janvier.

« On m’a filmé en train d’avoir des relations sexuelles avec mon partenaire pour me faire taire », a déclaré Abdelmoumni à The Intercept. « Je fais face à une pression immense, mais je ne me suis pas soumis et je ne me soumettrai pas à la police politique qui tente de me faire chanter. »

Abdelmoumni n’est que l’un des nombreux militants, journalistes et critiques du gouvernement pris dans l’appareil de surveillance généralisée du Maroc. Bien que l’État marocain soit souvent considéré comme moins répressif que nombre de ses voisins du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, ses détracteurs estiment qu’il est au cœur d’une dangereuse dérive autoritaire. Les récentes révélations sur le logiciel espion Pegasus ont contribué à mettre en lumière une partie seulement de cette machine de surveillance sophistiquée et de grande envergure.

En juillet, une enquête menée par l’ONG Forbidden Stories, le Security Lab d’Amnesty International et un consortium de reporters internationaux – connue sous le nom de Pegasus Project – a suggéré que le gouvernement marocain est un utilisateur majeur du logiciel de surveillance de NSO Group. Les conclusions, fondées sur une fuite de données, comprenaient une liste de plus de 50 000 numéros de téléphone qu’Amnesty et Forbidden Stories considéraient comme des cibles potentielles de Pegasus. Environ un cinquième de ces numéros de téléphone étaient basés au Maroc.

Les médias participant au projet Pegasus ont analysé la liste, et le laboratoire de sécurité d’Amnesty a examiné 67 smartphones, dont 23 avaient été infectés avec succès par des logiciels espions et 14 autres présentaient des signes de tentative d’infiltration. NSO Group a nié toute implication, affirmant que toute surveillance de journalistes, d’activistes ou de politiciens constitue une utilisation abusive de sa technologie.

La liste des cibles de surveillance possibles s’étendait bien au-delà des frontières marocaines. Selon les archives fournies par Forbidden Stories et Amnesty, les entrées sélectionnées depuis le Maroc comprenaient les numéros de téléphone du président français Emmanuel Macron, de l’éminent journaliste français Edwy Plenel et du diplomate américain et principal négociateur de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015, Robert Malley. Mais à l’intérieur du pays, des journalistes indépendants très en vue apparaissaient souvent. Outre les chefs d’État, les activistes et les politiciens figurant parmi les 50 000 entrées, 180 numéros appartenaient à des journalistes de 20 pays différents. Selon The Guardian, 38 d’entre eux se trouvaient au Maroc, parmi lesquels Taoufik Bouachrine, Soulaimane Raissouni et Omar Radi, qui sont tous aujourd’hui en prison.

Le gouvernement marocain, une monarchie constitutionnelle dont le premier ministre est nommé directement par le puissant roi Mohammed VI, conteste vivement l’exactitude de ces conclusions. En juillet, le procureur général de l’État a annoncé qu’il ouvrait une enquête sur « les fausses allégations et accusations contenues dans des articles de presse publiés par des journaux étrangers », tandis que l’ambassade du pays à Paris a déposé une plainte devant un tribunal français, accusant Histoires interdites et Amnesty de diffamation.

Mais malgré le tumulte, Pegasus n’est qu’un élément du tableau – l’un des nombreux instruments d’une boîte à outils de surveillance en expansion dont dispose l’État marocain pour réprimer les journalistes, les militants et les critiques du gouvernement. Parfois, disent les défenseurs des droits de l’homme, les renseignements peuvent être déployés dans le but de faire honte ou de faire chanter les cibles – comme dans le cas d’Abdelmoumni. D’autres fois, ils peuvent être mobilisés par les médias pro-gouvernementaux pour attaquer les voix critiques. Ils peuvent même être utilisés pour engager de véritables poursuites pénales contre des dissidents, comme l’ont appris de première main une poignée de journalistes indépendants.

Selon Maati Monjib, historienne et militante de renom qui a passé trois mois en prison cette année pour « fraude » et « atteinte à la sécurité de l’État » avant de bénéficier d’une libération provisoire, la surveillance de l’État marocain joue un rôle essentiel dans le maintien du pouvoir du régime. Directeur de Freedom Now, une association qui défend la liberté d’expression et la liberté de la presse, et professeur d’histoire à l’université Mohammed V de Rabat, M. Monjib estime que les objectifs ne se limitent pas à décourager les critiques les plus virulents. Lorsqu’Amnesty a examiné son téléphone, les analystes légistes ont trouvé des preuves de processus suspects qui ont conduit à des domaines d’installation de Pegasus. Son appareil est devenu « instrumental » pour les modèles des analystes, ont écrit les chercheurs du Security Lab.

« L’objectif général semble être que tout le monde ait le sentiment d’être surveillé, y compris les politiciens qui travaillent pour le régime », a déclaré Monjib à The Intercept quelques semaines avant une audience judiciaire liée à son cas. « Ce sentiment général paralyse une bonne partie de la société marocaine et encourage l’autocensure chez nous. Avant, même les politiciens pro-régime étaient parfois critiques envers le régime lorsqu’ils étaient entre eux ou en dehors du Maroc. Ce n’est plus possible aujourd’hui ».

Joint sur son numéro personnel via WhatsApp lorsqu’il était en fonction, l’ancien ministre marocain des Droits de l’homme Mustapha Ramid n’a pas répondu aux demandes de commentaires de The Intercept pour cette histoire. L’ancien Premier ministre Saad-Eddine El Othmani n’a pas répondu aux multiples demandes de commentaires envoyées par son bureau. Depuis le 7 octobre, suite aux élections parlementaires de septembre et à l’approbation du roi, le Maroc a un nouveau gouvernement. Le nouveau premier ministre, Aziz Akhannouch, n’a pas non plus répondu à une demande de commentaire.

Pegasus : Un outil dans la boîte à outils de la surveillance

En août 2019, lorsque la police marocaine a arrêté la journaliste Hajar Raissouni, elle pensait être volée. Elle sortait du cabinet de son gynécologue à Rabat avec son fiancé de l’époque, aujourd’hui son mari, lorsqu’un groupe l’a confrontée à des détails intimes et à des accusations.

« On m’a dit des informations très personnelles que personne n’aurait pu connaître à moins d’avoir écouté mes appels depuis le début », a déclaré Hajar à The Intercept. « Ils m’ont dit qu’à une certaine heure, je devais me rendre chez mon fiancé Rifaat lorsqu’il était en voyage pour sortir les chiens, et ils m’ont mentionné les heures et les jours précis. » Ce mois-là, elle a été arrêtée et accusée d’avortement et de relations sexuelles hors mariage, deux actes illégaux et souvent perçus négativement au Maroc.

Parmi les nombreuses questions sur lesquelles les journalistes marocains doivent naviguer figurent les fameuses « lignes rouges » explicitement mentionnées dans le code pénal du pays : la place de l’islam, la légitimité de la monarchie et l’intégrité territoriale du pays. (Ce dernier point est particulièrement pertinent pour la revendication contestée du Maroc sur le territoire du Sahara occidental, que l’administration Trump a reconnu en décembre dernier, rompant avec des années de consensus international et facilitant l’établissement de relations diplomatiques entre le Maroc et Israël).

Hajar se souvient des interrogateurs qui la bombardaient de questions sur ses convictions politiques et sa couverture du mouvement de protestation Hirak El-Rif de 2016, qui a exigé des améliorations socio-économiques dans la région berbérophone du nord du Maroc pendant plusieurs mois – jusqu’à ce que des dizaines de militants soient arrêtés et que les protestations s’estompent. En mai 2019, Hajar avait publié une série d’entretiens avec le père du leader du mouvement, Nasser Zefzafi, réfléchissant à la peine de 20 ans de prison que son fils avait récemment reçue. Elle dit que les interrogateurs l’ont également interrogée sur des membres influents de sa famille, notamment un journaliste et un universitaire, tous deux connus pour être critiques envers les autorités.

Hajar n’a donc pas été surprise lorsque, environ deux ans plus tard, Forbidden Stories l’a informée que son numéro figurait sur la liste des fuites liée à Pegasus. Elle pense que la surveillance du gouvernement a joué un rôle clé dans son inculpation, pour laquelle elle a finalement passé un mois et demi en prison avant de quitter son pays en exil.

Selon Forbidden Stories, Hajar a été sélectionnée comme cible par Pegasus en mai 2019.

À l’époque, les accusations portées contre Hajar ont suscité l’indignation internationale, suscitant la condamnation de groupes comme Human Rights Watch, Front Line Defenders et Amnesty. Cette vague de critiques a permis à Hajar d’éviter une nouvelle peine de prison. Bien qu’un tribunal de Rabat l’ait condamnée à un an de prison en septembre 2019, elle a été libérée le mois suivant après avoir reçu une grâce royale directement du roi Mohammed VI.

Mais même après avoir été libérée, Hajar dit avoir continué à être suivie par des personnes non identifiées dans les rues de la capitale marocaine. « Je ne pouvais plus aller nulle part », a-t-elle déclaré à The Intercept. « Des agents de police en civil étaient constamment autour de moi ».

Finalement « fatiguée de tout le harcèlement et du ciblage », Hajar a choisi de quitter le pays au début de 2020, s’installant au Soudan avec son mari.

Guerre de l’information et diffamation

À l’instar de la Turquie, de l’Égypte et d’autres États à tendance autoritaire du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, le gouvernement marocain aime garder un contrôle étroit sur le flux d’informations. Bien qu’aucun géant médiatique étatique ne domine le secteur, le paysage médiatique du pays est marqué par un grand nombre de médias privés qui défendent régulièrement les actions du roi Mohammed VI et attaquent ceux qui s’opposent à la ligne officielle de l’État – souvent en citant des sources anonymes sans confirmation et en fouillant dans la vie personnelle des sujets. Dans certains cas, ces médias publient des informations extrêmement précises qui, selon beaucoup, ne peuvent provenir que des services de renseignement de l’État.

Ces éditeurs, que les militants appellent communément la « presse de la diffamation », comprennent les sites web Cawalisse al-Youm et Barlamane. Ce dernier, par exemple, a publié une vidéo tristement célèbre de Zefzafi, le leader du mouvement de protestation Hirak El-Rif, en prison en 2017. Sur les images, le leader du mouvement Rif se déshabille et expose diverses parties de son corps – une scène vraisemblablement destinée à montrer qu’il n’avait pas été torturé, mais aussi largement interprétée comme une tentative d’embarrasser le militant. Parmi les médias similaires, citons Le360, Aldar, Telexpresse et Anfas Press, mais le leader incontesté du genre est Chouf TV.

Soulaimane Raissouni, l’ancien rédacteur en chef d’Akhbar al-Yaoum, un quotidien imprimé aujourd’hui disparu, lancé en 2009 et connu pour sa ligne éditoriale indépendante, est en prison depuis mai 2020. Cinq jours avant sa détention, Chouf TV a publié une histoire écrite par « Abou Wael » – un pseudonyme souvent utilisé pour indiquer la proximité avec les responsables des services de renseignement – suggérant qu’il serait bientôt confronté à des problèmes.

« Les portes de l’enfer s’étaient ouvertes » sur Soulaimane, affirmait le média, ajoutant que « [sa] politique de la terre brûlée allait le brûler » à la veille de la fête de l’Aïd al-Fitr. Le soir même, Soulaimane, l’oncle de Hajar, a été arrêté devant son domicile, entouré d’un groupe de journalistes de Chouf TV. Le média a diffusé la procédure sur sa chaîne YouTube, qui compte plus de 6 millions d’abonnés.

« Une vingtaine de jours avant l’arrestation de Soulaimane, une voiture secrète de sécurité ne quittait pas la porte de la maison. Ils nous suivaient partout où nous allions », a déclaré la femme de Soulaimane, Kholoud Mokhtari, à The Intercept. « Certains appels de Soulaimane ont été publiés mot à mot dans des journaux proches des services de sécurité – des conversations portant sur le statut d’Akhbar al-Youm ainsi que sur certaines affaires familiales et très privées. »

Détenu deux mois seulement après Soulaimane, Omar Radi a également fait l’objet d’attaques fréquentes de la part des médias pro-gouvernementaux – et de Chouf TV en particulier.

Selon des documents juridiques obtenus par The Intercept, le bureau du procureur a semblé s’appuyer sur Chouf TV pour monter son dossier contre Radi, un journaliste connu pour sa couverture des mouvements sociaux. Le 23 juin 2020, le bureau a envoyé une lettre au chef de la Division nationale de la police judiciaire lui demandant de « mener des recherches préliminaires pour découvrir la vérité sur ce qui a été mentionné dans deux articles publiés » par Chouf TV. Le premier article prétendait que Radi travaillait avec les services de renseignements occidentaux ; le second détaillait les « scandales » d’Omar Radi et accusait l’écrivain de vendre des informations sur les Marocains de l’étranger.

Alors que l’affaire Radi s’éternisait, un témoin clé nommé Imad Stitou a refusé de coopérer avec l’État. En septembre 2020, l’accusation a transformé Stitou en co-conspirateur présumé. Il a été reconnu coupable de « non-dénonciation d’un crime » et condamné à un an de prison.

« Je n’étais pas le personnage qu’ils voulaient dans leur roman, et il était nécessaire de faire de moi un exemple », a déclaré Stitou, aujourd’hui libéré en attendant l’appel, à The Intercept. « Ce plan a largement réussi à intimider les autres sympathisants. J’entendais souvent dans mes cercles : « Voulez-vous être l’Imad Stitou ? » « .

La militarisation de #MeToo

Soulaimaine et Radi contribuent à illustrer un autre schéma inquiétant qui a émergé au Maroc ces dernières années : Ils font partie d’un trio de journalistes très en vue, connus pour avoir critiqué les autorités de l’État, qui ont tous été envoyés en prison à la suite d’allégations d’agressions sexuelles. Leurs procédures judiciaires respectives ont toutes été critiquées par d’importantes ONG de défense des droits de l’homme pour irrégularités. Reporters sans frontières, qui classe le Maroc au 136e rang sur 180 pays dans son classement de la liberté de la presse, a dénoncé ce qu’elle appelle « l’utilisation d’accusations sexuelles forgées de toutes pièces contre des journalistes ».

La série d’affaires a commencé avec Taoufik Bouachrine, le fondateur et directeur d’Akhbar al-Yaoum. En février 2018, Bouachrine a été arrêté au siège de son journal à Casablanca. Accusé de viol, de traite des êtres humains et d’ »abus de pouvoir à des fins sexuelles », le journaliste a finalement été condamné à 15 ans de prison en octobre 2019. Tant les conditions de détention de Bouachrine que le procès lui-même ont été condamnés par Amnesty et Human Rights Watch, tandis qu’un rapport du groupe de travail du Conseil des droits de l’homme des Nations unies sur la détention arbitraire a montré comment de multiples victimes présumées ont cherché à prendre leurs distances par rapport à cette affaire.

Parmi ces victimes figure Afaf Bernani, une ancienne journaliste d’Akhbar al-Yaoum qui affirme que la police a falsifié ses déclarations. D’abord interrogée en tant que témoin d’une agression sexuelle présumée de Bouachrine, elle a finalement été classée comme victime de son ancien patron. Après avoir contesté ce récit au tribunal, Bernani a été accusée d’un crime elle-même – « fausse communication et calomnie » – et condamnée à six mois de prison.

« Le but de ma condamnation était d’intimider le reste des femmes impliquées dans le procès », a déclaré Bernani à The Intercept.

Peu de temps après que l’État ait porté des accusations contre elle, Bernani a déclaré que les autorités ont fait monter la pression en l’espionnant. « J’ai été soumise à une étroite surveillance de sécurité dans la rue, où la police secrète était postée devant ma maison et me suivait partout où j’allais », a-t-elle déclaré. « J’étais même suivie lors de mes visites chez le médecin ».

Finalement, elle a choisi de quitter le pays plutôt que de purger une peine de prison, s’installant en juillet 2019 en Tunisie, où elle se trouve encore aujourd’hui.

Entre-temps, Soulaimane, l’homme qui a remplacé Bouachrine à la tête d’Akhbar al-Yaoum, a lui-même été arrêté et accusé d’agression sexuelle en mai dernier. Malgré le tollé des ONG et une grève de la faim qui a duré près de 120 jours, Soulaimane a été condamné à cinq ans de prison en juillet dernier.

Radi, quant à lui, a été détenu l’année dernière et accusé de viol et d’espionnage avant d’être finalement condamné à six ans de prison en juillet.

Khadija Ryadi, ancienne présidente de l’Association marocaine des droits de l’homme, estime que ces affaires sont loin d’être des victoires pour les droits des femmes ou la cause féministe dans le pays.

« Le régime marocain fabrique des affaires criminelles contre des journalistes indépendants liées à de nobles causes comme la lutte contre la violence envers les femmes dans le but de discréditer les cibles et de limiter leur influence dans la société », a-t-elle déclaré à The Intercept. « Heureusement, la majorité des gens savent maintenant qu’il s’agit d’affaires fabriquées de toutes pièces visant à réduire au silence et à aliéner les journalistes qui dérangent les autorités. »

Samir Bouaziz, responsable du département de plaidoyer pour le bureau Afrique du Nord de Reporters sans frontières, partage cet avis. Selon lui, le régime marocain ajuste sa tactique dans l’espoir de mieux masquer sa répression. « Les autorités ont investi dans #MeToo comme un moyen de confondre l’opinion publique nationale et internationale », a-t-il déclaré.

Bouaziz voit un schéma lorsqu’il s’agit de ce qu’il considère comme la répression de l’État à l’encontre de Bouachrine, Soulaimane et Radi – chacun d’entre eux figurait également sur la liste révélée par Forbidden Stories des cibles possibles de Pegasus.

« Les préparatifs pour l’arrestation des journalistes ciblés se font en coordination avec la presse diffamatoire proche des services de sécurité, qui lancent des campagnes contre les cibles avant les arrestations », a déclaré Bouaziz. « C’est le meilleur prélude et le plus efficace pour fabriquer des accusations ».

Quoi qu’il en soit, la longue liste d’affaires judiciaires pèse sur ceux qui sont prêts à s’exprimer sur le makhzen – et ceux qui l’envisagent – alimentant le sentiment que la surveillance est omniprésente et que les ennuis judiciaires ne sont jamais loin.

Malgré la vague de répression, Maati Monjib, de Freedom Now, essaie de garder espoir. Soutenant publiquement Radi, Soulaimane et d’autres journalistes emprisonnés, Monjib note que « la diffamation basée sur la surveillance semble être plus décourageante pour la majorité des militants que la répression physique. »

Monjib lui-même a subi d’innombrables attaques dans la presse marocaine. L’année dernière, il a été accusé de blanchiment d’argent par des médias pro-gouvernementaux, et Chouf TV a publié une photo de lui dans un aéroport parisien, suggérant qu’il fuyait le pays.

Accusé de « menace à la sécurité de l’État » depuis 2015, Monjib est empêtré dans une affaire apparemment sans fin qui l’a vu purger un séjour en prison et lancer deux grèves de la faim. L’homme de 59 ans est retourné au tribunal le mois dernier, mais il a confié à The Intercept qu’il s’inspire du fait que d’autres écrivains et dissidents continuent de labourer.

« Des intellectuels et des journalistes courageux défient la diffamation et l’emprisonnement », a déclaré Monjib. « Ils poursuivent leur travail pour la démocratie et la liberté en exposant la corruption de l’élite étatique et ses violations des droits de l’homme. »

Cole Stangler, Abdellatif El Hamamouchi

The Intercept, 21/10/2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *