Le Kenya va sanctionner les fonctionnaires non vaccinés, dix nouveaux pays reçoivent des vaccins, la RDC sévit face aux bavures policières commises dans le cadre du contrôle des gestes barrières…

Par Morgane Le Cam

Publié aujourd’hui à 13h00

  •  

« Mesures exceptionnelles » en Guinée

Avec 1 123 cas de Covid-19 détectés depuis le 6 août (ayant entraîné la mort de 28 personnes), la Guinée rejoint les 32 autres pays africains qui font actuellement face à la troisième vague de l’épidémie.

Pour juguler la progression de ce virus qui a déjà tué au moins 271 Guinéens (un chiffre établi par l’université américaine John-Hopkins mais sous-évalué, selon les experts), le président Alpha Condé a annoncé, mercredi 11 août, la mise en place de « mesures exceptionnelles » : fermeture « jusqu’à nouvel ordre » des boîtes de nuit et autres lieux de loisirs très fréquentés ; renforcement du contrôle sanitaire aux frontières ; présentation obligatoire par les fonctionnaires d’un passe sanitaire pour accéder à leurs bureaux. Ce nouveau tour de vis, après celui du 3 août, est d’autant plus nécessaire que le taux de vaccination de la population est inférieur à 3 %.

Ces mesures interviennent au moment où un autre virus, d’un tout autre genre, a été détecté en région forestière, dans le sud de la Guinée. Le virus de Marburg, de la même famille qu’Ebola et à peine moins meurtrier, est à l’origine du décès d’un Guinéen le 2 août. Il s’agit de la première victime de ce virus jamais enregistrée en Afrique de l’Ouest.

Au Kenya, les fonctionnaires sous pression

Le compte à rebours est lancé. A partir du 23 août, les fonctionnaires kényans qui n’auront pas reçu leur première dose de vaccin seront « traités comme des dossiers disciplinaires et des actions appropriées seront prises contre eux », a écrit Joseph Kinyua, le directeur des services publics, dans un mémorandum destiné au gouvernement et consulté, mercredi, par l’AFP.

« Certains fonctionnaires ont délibérément évité d’être vaccinés », affirme M. Kinyua. Le taux de vaccination serait particulièrement faible au sein des services de sécurité et dans le secteur de l’éducation. Moins de 3 % des 47 millions de Kenyans sont vaccinés. Un ratio faible comparé à l’objectif ambitieux que le pays s’est fixé : vacciner au moins 55 % de sa population d’ici à la fin de 2022.

Pour l’heure, la campagne de vaccination patine et le virus progresse. Selon le Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC-Afrique), le Kenya fait actuellement face à une quatrième vague de l’épidémie, à l’instar de l’Algérie, de la Somalie et de la Tunisie.

Un centre de vaccination contre le Covid-19 à Nairobi, au Kenya, le 10 août 2021. SIMON MAINA / AFP

7,1 millions

C’est le nombre de cas de contamination au Covid-19 détectés sur le continent depuis le début de l’épidémie. Près de 180 000 Africains en sont décédés, ce qui représente 4,2 % du nombre total de décès du Covid-19 constatés à travers le monde (4,3 millions). Mais comme l’a souligné jeudi le docteur John Nkengasong, directeur du CDC-Afrique, la situation s’améliore légèrement : « Depuis la semaine dernière, un total de 6 300 nouveaux décès a été rapporté sur le continent, ce qui représente une diminution de 1 % du nombre total de décès [comparé à la semaine précédente]. J’espère vraiment que cette tendance va se poursuivre. »

Livraison de vaccins dans dix nouveaux pays

Angola, Botswana, Cameroun, Egypte, Ghana, Lesotho, Maurice, Nigeria, Togo et Tunisie ont reçu un total de 1,8 million de doses de vaccin ces derniers jours. Cette nouvelle livraison devrait améliorer l’accès au vaccin en Afrique. Jusqu’à présent, 114 millions de doses ont été procurées à 53 pays africains, selon le CDC-Afrique, qui a tenu à saluer les « bonnes dynamiques » en matière de vaccination au Maroc et en Tunisie. Dans ces deux pays, respectivement 30 % et 10 % des habitants sont entièrement vaccinés. Plus au sud, au Sénégal, le cap du million de personnes a été franchi.

Mais globalement, l’Afrique reste bien moins lotie que ses voisins. Le continent a reçu cinq fois moins de doses que l’Union européenne (560 millions), alors que sa population est trois fois plus importante (1,3 milliard d’Africains, contre 447 millions d’Européens). La couverture vaccinale y reste donc faible : 1,75 % de personnes immunisées, contre plus de la moitié au sein de l’Union européenne. « Nous sommes encore loin d’atteindre notre objectif de 60 % de personnes vaccinées à la fin de l’année prochaine », a alerté le docteur Nkengasong. Le continent a besoin de 1,6 milliard de doses de vaccins s’il veut atteindre ce taux de couverture vaccin

Des Sénégalais attendent de se faire vacciner contre le Covid-19 à l’hôpital Philippe-Senghor, à Dakar, le 28 juillet 2021. ZOHRA BENSEMRA / REUTERS

En RDC, bavures policières et peine capitale

Lundi, un tribunal militaire de la République démocratique du Congo (RDC) a condamné à mort un policier pour un meurtre commis lors d’un contrôle anti-Covid. Le 28 juillet, dans une commune située au nord de Kinshasa, le policier « avait tiré “par inadvertance” sur son supérieur, derrière lequel s’était réfugié un homme coupable de ne pas porter de cache-nez », rapporte Radio France internationale (RFI).

D’autres bavures commises dans le cadre du contrôle du respect des gestes barrières ont été constatées. Dans la ville de Bukavu (est), « un policier a ouvert le feu sur un collègue pour mauvais partage de l’argent perçu lors des opérations de contrôle de port du cache-nez », selon RFI. Pour les citoyens congolais, braver les interdits en matière de restriction sanitaire peut coûter cher. Au centre-ville de Lubumbashi (sud-est), ceux qui ne respectent pas le port du masque risquent une semaine de prison et une amende.

Morgane Le Cam

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *