La Grèce a inauguré un nouveau camp de migrants sur l’île de Samos, un dispositif moderne, ultra-sécurisé et financé par l’Union européenne. Marina Rafenberg, journaliste et correspondante pour « Le Monde » à Athènes, s’est rendue sur place. Dans ce podcast, elle explique à quoi ressemble ce dispositif et revient sur la situation à la frontière gréco-turque.

Par Clément Baudet Publié le 21 octobre 2021 à 05h00 – Mis à jour le 21 octobre 2021 à 06h39

Écoutez l’épisode du 21 Octobre 2021

https://open.spotify.com/embed-podcast/episode/5Y4PxQubbmiX8UarimhLPQ?theme=0

L’île grecque de Samos est située à moins de deux kilomètres de la Turquie. Après de nombreuses années passées à accueillir les migrants dans un ancien camp vétuste, un nouveau camp, plus confortable mais aussi ultra-sécurisé, a été inauguré le 18 septembre.

Lors de son déplacement en Grèce, le ministre de l’intérieur français, Gérald Darmanin, a encensé, lundi 11 octobre, ce nouveau dispositif et encouragé les autres pays du sud de l’Union européenne à construire des camps « fermés » comme celui de Samos.

A quoi ressemble ce nouveau camp ? Pourquoi suscite-t-il l’enthousiasme du ministre français et des critiques de la part des défenseurs des droits de l’homme ? Quelle est la situation à la frontière entre la Grèce et la Turquie ?

Marina Rafenberg, journaliste et correspondante pour Le Monde à Athènes, s’est rendue sur place, et fait le point sur la situation dans cet épisode de « L’Heure du Monde ».

Un épisode produit par Clément Baudet, réalisé par Amandine Robillard et présenté par Jean-Guillaume Santi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *