Le Partage de l’Afrique (1880-1900) fut une période de colonisation rapide du continent africain par les puissances européennes. Mais cela ne serait pas arrivé sans l’évolution économique, sociale et militaire particulière que traversait l’Europe.

Alexandre Tano Kan Koffi

Présences Européennes en Afrique jusqu’aux années 1880

Au début des années 1880, seule une petite partie de l’Afrique était sous domination européenne, et cette zone était largement limitée à la côte et à une courte distance à l’intérieur des terres le long des principaux fleuves tels que le Niger et le Congo.

  • La Grande-Bretagne avait Freetown en Sierra Leone, des forts le long de la côte de la Gambie, une présence à Lagos, le protectorat de la Gold Coast (Ghana actuel) et un ensemble assez important de colonies en Afrique australe (colonie du Cap, Natal et Transvaal qu’elle avait annexée en 1877).
  • L’Afrique australe avait également le Boer Oranje-Vrystaat indépendant (État libre d’Orange, peuplés de colons néerlandais).
  • La France avait des établissements à Dakar et à Saint-Louis au Sénégal et avait pénétré assez loin le fleuve Sénégal, les régions d’Assinie et de Grand Bassam en Côte d’Ivoire, un protectorat sur la région côtière du Dahomey (aujourd’hui Bénin), et avait commencé la colonisation de l’Algérie dès 1830.
  • Le Portugal avait des bases établies de longue date en Angola (arrivée pour la première fois en 1482, puis reprise du port de Luanda aux Hollandais en 1648) et au Mozambique (arrivée pour la première fois en 1498 et création de comptoirs commerciaux en 1505).
  • L’Espagne avait de petites enclaves dans le nord-ouest de l’Afrique à Ceuta et Melilla (África Septentrional Espanola).
  • Les Turcs ottomans contrôlaient l’Égypte, la Libye et la Tunisie (la force de la domination ottomane variait considérablement).

Les Causes du Partage de l’Afrique

Plusieurs facteurs ont donné l’impulsion de la colonisation, et la plupart d’entre eux étaient liés à des événements en Europe plutôt qu’en Afrique.

  • Les Explorations : Au XIXe siècle, à peine un an se passe sans une expédition européenne en Afrique. Le boom de l’exploration a été déclenché en grande partie par la création de l’African Society par de riches Anglais en 1788, qui voulaient que quelqu’un « trouve » la ville légendaire de Tombouctou et trace le cours du fleuve Niger. Au fur et à mesure que le 19ème siècle avançait, l’objectif de l’explorateur européen a changé, et plutôt que de voyager par pure curiosité, ils ont commencé à enregistrer les détails des marchés, des biens et des ressources pour les riches philanthropes qui finançaient leurs voyages.
  • Henry Morton Stanley : Cet Américain naturalisé (né au Pays de Galles) était l’explorateur le plus étroitement lié au début du Partage de l’Afrique. Stanley avait traversé le continent et localisé le “disparu” Livingstone, mais il est plus tristement connu pour ses explorations au nom du roi Léopold II de Belgique. Léopold a engagé Stanley pour obtenir des traités avec les chefs locaux le long du fleuve Congo en vue de créer sa propre colonie. La Belgique n’était pas en mesure de financer une colonie à cette époque. Le travail de Stanley a déclenché une ruée d’explorateurs européens tels que le journaliste allemand Carl Peters pour faire de même pour divers pays européens.
  • Le Capitalisme : La fin du commerce européen des esclaves a laissé un besoin de commerce entre l’Europe et l’Afrique. Les capitalistes ont peut-être abandonné la pratique de l’esclavage, mais ils voulaient toujours exploiter le continent africain. De nouveaux échanges “légitimes” seraient encouragés. Les explorateurs ont localisé de vastes réserves de matières premières, identifié des routes commerciales, navigué sur les rivières et identifié les centres de population qui pourraient servir de marchés pour les produits manufacturés en provenance d’Europe. C’était l’époque des plantations et des cultures de rente, lorsque la main-d’œuvre de la région était mise au travail pour produire du caoutchouc, du café, du sucre, de l’huile de palme, du bois, etc. pour l’Europe. Et les avantages étaient plus alléchants si une colonie pouvait être établie, ce qui donnait à la nation européenne un monopole.
  • Les Machines à vapeur et bateaux à coque en fer : En 1840, le premier navire de guerre océanique britannique en fer appelé Némésis est arrivé à Macao, dans le sud de la Chine. Elle a changé le visage des relations internationales entre l’Europe et le reste du monde. Le Némésis avait un faible tirant d’eau (cinq pieds), une coque en fer et deux puissants moteurs à vapeur. Il pouvait naviguer dans les sections sans marée des rivières, permettant l’accès à l’intérieur des terres, et il était lourdement armé. Livingstone a utilisé un bateau à vapeur pour remonter le fleuve Zambèze en 1858 et a fait transporter les pièces par voie terrestre jusqu’au lac Nyassa. Les bateaux vapeurs ont également permis à Henry Morton Stanley et à Pierre Savorgnan de Brazza d’explorer le Congo.
  • La Quinine et les progrès médicaux : L’Afrique, en particulier les régions occidentales, était connue comme la « tombe de l’homme blanc » en raison du danger de deux maladies : le paludisme et la fièvre jaune. Au XVIIIe siècle, seul un Européen sur 10 envoyé sur le continent par la Royal African Company a survécu. Six des 10 sont décédés au cours de leur première année. En 1817, les scientifiques français Pierre-Joseph Pelletier et Joseph Bienaimé Caventou extraient la quinine de l’écorce du quinquina d’Amérique du Sud. Il s’est avéré être la solution au paludisme ; Les Européens pourraient désormais survivre aux ravages de la maladie en Afrique. Malheureusement, la fièvre jaune a continué à être un problème, et même aujourd’hui il n’y a pas de traitement spécifique pour la maladie.
  • La Politique expansionniste : Après la création d’une Allemagne unifiée (1871) et de l’Italie (un processus plus long, mais sa capitale a déménagé à Rome en 1871), il n’y avait plus de place en Europe pour l’expansion. La Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne étaient dans une danse politique complexe, essayant de maintenir leur domination, et un empire d’outre-mer la garantirait. La France, qui avait perdu deux provinces au profit de l’Allemagne en 1870, se tourna vers l’Afrique pour gagner plus de territoire. La Grande-Bretagne s’est tournée vers l’Égypte et le contrôle du canal de Suez ainsi que la poursuite de territoires dans l’Afrique australe riche en or. L’Allemagne, sous la direction experte du chancelier Bismarck, était arrivée tardivement à l’idée de colonies d’outre-mer mais était maintenant pleinement convaincue de leur valeur. Tout ce qu’il fallait, c’était la mise en place d’un mécanisme pour mettre fin à un conflit ouvert au sujet de l’accaparement des terres à venir.
  • L’Innovation militaire : Au début du XIXe siècle, l’Europe n’était que marginalement en avance sur l’Afrique en termes d’armes disponibles, car les commerçants les fournissaient depuis longtemps aux chefs locaux et beaucoup avaient des stocks d’armes et de poudre à canon. Mais deux innovations ont donné à l’Europe un énorme avantage. À la fin des années 1860, des amorces à percussion étaient incorporées dans des cartouches. Ce qui se présentait auparavant sous la forme d’une balle, d’une poudre et d’un rembourrage séparés était désormais une entité unique, facile à transporter et relativement résistante aux intempéries. La deuxième innovation était le fusil à chargement par la culasse. Les modèles de mousquets plus anciens, détenus par la plupart des Africains, étaient des chargeurs frontaux, qui étaient lents à utiliser (maximum de trois coups par minute) et devaient être chargés en position debout. En comparaison, les armes à chargement par la culasse pouvaient tirer entre deux et quatre fois plus vite et pouvaient être chargées même en position couchée. Les Européens, en vue de la colonisation et de la conquête, ont restreint la vente des nouvelles armes à l’Afrique en maintenant leur supériorité militaire.

La ruée folle vers l’Afrique au début des années 1880

En seulement 20 ans, le visage politique de l’Afrique avait changé, seul le Libéria (une colonie dirigée par des Afro-Américains autrefois réduits en esclavage) et l’Éthiopie demeurant libres de tout contrôle européen. Le début des années 1880 a vu une augmentation rapide des nations européennes revendiquant des territoires en Afrique :

  • En 1880, la région au nord du fleuve Congo est devenue un protectorat français à la suite d’un traité entre le roi des Batéké, Makoko, et l’explorateur Pierre Savorgnan de Brazza.
  • En 1881, la Tunisie devient un protectorat français et le Transvaal retrouve son indépendance.
  • En 1882, la Grande-Bretagne a occupé l’Égypte (la France s’est retirée de l’occupation conjointe) et l’Italie a commencé la colonisation de l’Érythrée.
  • En 1884, les Somalis britanniques et français sont créés.
  • En 1884, l’Afrique du Sud-Ouest allemande, le Cameroun, l’Afrique orientale allemande et le Togo ont été créés et le Río de Oro revendiqué par l’Espagne.

Les Européens fixent les règles du partage du continent

La Conférence de Berlin de 1884-1885 (et l’Acte général de la Conférence de Berlin qui en a résulté) a établi des règles de base pour la poursuite du partage de l’Afrique. La navigation sur les fleuves Niger et Congo devait être libre pour tous, et pour déclarer un protectorat sur une région, le colonisateur européen devait montrer une occupation effective et développer une « sphère d’influence ». Les vannes de la colonisation européenne s’étaient ouvertes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *