Ce vendredi 19 février, un nouveau lieu a été investi pour y installer des familles expulsées du squat La Zone à Libre à Cenon. Le bâtiment désaffecté, propriété du Département à Mérignac, a aussitôt été évacué par les forces de l’ordre.

Rendez-vous à 11h30 à Pessac. 137 personnes, dont 67 enfants, expulsées de la Zone Libre à Cenon le 11 février dernier, viennent rejoindre un collectif d’associations et de citoyens dans l’espoir de trouver refuge dans un ancien centre pour enfants malvoyants à Mérignac, propriété du Conseil départemental de la Gironde.

Arrivés sur le site, les forces de l’ordre les attendaient : sept fourgons et des policiers de la Brigade Anti-Criminalité (BAC). Pris de court, le collectif cherche à joindre des élus du Département. Les négociations avec les forces de l’ordre n’aboutissent pas.

« Nous avons les preuves d’une occupation, depuis plus de 48 heures. Mais ils ne veulent rien entendre » s’emporte un militant. Depuis une semaine, cette ouverture est mise au point et un appel aux dons est lancé. L’expulsion, selon le collectif, est illégale.

Face à face entre les forces de l’ordre et les militants (VB/Rue89 Bordeaux)

Une interpellation

Une « enquête de voisinage » aurait conduit les policiers à constater un flagrant délit. Ce qui, depuis la loi anti-squat validée par le sénat en janvier dernier, rend possible une expulsion sans décision de justice. La préfecture a expliqué que l’ordre a été donné par la procureure de la république, Frédérique Porterie, pour « introduction dans le bien d’autrui ».

Alors que les familles sont laissées à l’écart et certaines reparties d’où elles venaient, les forces de l’ordre ont investi le bâtiment vers 15h sous les huées et les sifflements. A l’intérieur, une dizaine de militants ont subi un contrôle d’identité. L’un d’entre eux a été interpellé.

En fin d’après-midi, une délégation de militants s’est rendue à la mairie de Mérignac où elle été reçue par Alain Anziani. Le maire de la ville et président de Bordeaux Métropole a promis de relancer la préfecture pour organiser une rencontre entre les élus et le milieu associatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *