Je voudrais revenir sur une affaire qui date de novembre dernier. Les rédactions recevaient alors un communiqué très officiel annonçant la fusion de la FNSEA, la fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles et du ministère de l’agriculture.

Julien Denormandie lors du 75è congrès de la FNSEA, le 23 septembre, à Niort. (©Terre-net Média)

Mme Christi[a]ne Lambert, présidente de la FNSEA, et M. Julien Denormandie, ministre de l’agriculture et de l’alimentation, sont heureux de vous annoncer le rapprochement de leurs équipes au sein d’une même administration », lisait-on dans le texte. Ce rapprochement devait aboutir dans le courant du second semestre 2022.

Passée un temps légitime de sidération, il apparut vite qu’il s’agissait d’un excellent canular orchestré par les militants écologistes d’extinction rébellion qui avec cette pratique qui rappelle les situationnistes pointaient du doigt une réalité que Stéphane Foucart du Monde résume ainsi : « au cours des dernières années, la porosité entre le pouvoir et l’agriculture productiviste a été telle qu’elle a rendu l’absurde fugitivement envisageable. » « Aucun gouvernement n’a suivi ou devancé avec une telle constance les desiderata du productivisme agricole » ajoute-t-il.

 Au rayon de cette soumission on peut citer

la mise à la disposition de la FNSEA de la gendarmerie nationale avec la création de la fameuse cellule Demeter chargée de surveiller les critiques de l’agriculture industrielle.

Le démantèlement des aides au maintien de l’agriculture biologique et le projet d’attribuer des subventions « vertes » à l’agriculture conventionnelle,

L’abandon   de la lutte contre les nitrates issus de l’élevage intensif,

Le soutien actif à la construction de méga-bassines pour l’irrigation,

Le recul sur la sortie du glyphosate,

La remise en selle des néonicotinoïdes, Etc. etc.…

A noter aussi que sous des gouvernements de droite deux ex-pdt de la FNSEA ont accédé au poste de ministre de l’agriculture pour François Guillaume dans le gouvernement Chirac de 1986 à 1988 et au secrétariat d’état aux industries agricoles et alimentaires pour Michel Debatisse dans le gouvernement Barre de 1979 à 1981. Sans oublier Christian Jacob, pdt du CNJA, les jeunes agriculteurs antichambre de la FNSEA, il fut ministre sous Villepin et Raffarin, non pas à l’agriculture mais successivement à la fonction publique au commerce, puis à la famille, aujourd’hui il est président des Républicains. L’agriculture est une bonne rampe de lancement pour la politique au plus haut niveau…et systématiquement dans le camp conservateur…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *