09/09/2021

Par Elsa Mourgues

En échappant par deux fois à des mariages forcés alors qu’elle n’était qu’une enfant, Sonita Alizadeh avait beaucoup de choses à dire et une rage qu’elle a décidé d’exprimer à travers le rap.

Militante féministe et rappeuse afghane, elle a échappé deux fois à des mariages forcés et milite depuis contre cette coutume. Voici comment Sonita, petite fille afghane est devenue une rappeuse internationale. 

 Des  milliers de fillettes afghanes vendues

L’art peut être la plus grande des armes, la plus puissante des armes que les talibans n’auront jamais. Donc ceux qui doivent avoir peur, ce ne sont pas les artistes afghans, ce sont les talibans. Ils devraient avoir peur, pas nous. Sonita Alizadeh, rappeuse afghane  

L’histoire de Sonita commence comme celle de milliers de petites filles afghanes. Elle n’a qu’une dizaine d’années quand elle est vendue à un homme pour être mariée, mais sa famille fuit la guerre et le mariage échoue. Depuis la chute des talibans en 2001, cette pratique est pourtant interdite. Seulement dans les faits, les familles les plus traditionalistes et les plus pauvres y recourent toujours. Près de 10 % des filles afghanes sont mariées avant leur 15 ans, 35 % avant leur 18 ans.

Sonita Alizadeh a échappée deux fois à des mariages forcés• Crédits : Getty

Aujourd’hui, les talibans obligent déjà certaines femmes et jeunes filles à se marier dans les zones qu’ils contrôlent.

Maintenant, de voir les talibans restreindre les droits des femmes, les empêcher d’atteindre leur potentiel, c’est comme se prendre une énorme gifle. Une gifle sur mon visage et sur celui de tous les militants qui ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour encourager une fille à garder espoir, pour lui dire qu’elle peut être une forte personnalité, qu’elle peut être elle-même, qu’elle a le droit de choisir, le droit d’avoir une éducation. Aujourd’hui, les dirigeants internationaux et le monde ont abandonné les femmes et les enfants d’Afghanistan. Sonita Alizadeh, rappeuse afghane

Sauvée par le rap

Sonita a échappé à un mariage forcé une deuxième fois à 16 ans. En Iran, où elle travaille comme femme de ménage, sa famille la promet à un inconnu pour quelques milliers de dollars.

Chaque année, près de12 millions de jeunes filles sont vendues pour être mariées• Crédits : Getty

Elle découvre le rap à travers les chansons d’Eminem et du rappeur iranien Yas. Elle veut exprimer sa rage et écrit des textes engagés, contre ces mariages, contre les violences qui sont faites aux filles qui refusent de se marier.

Grâce à l’aide de la réalisatrice iranienne Rokhsareh Ghaem Maghami, elle tourne alors un clip contre le mariage des enfants et ce, malgré l’interdiction faite aux femmes de chanter en Iran.

Je crie pour compenser la vie de silence d’une femme.
Je crie au nom des blessures profondes sur mon corps.
Je crie pour un corps épuisé dans sa cage. Un corps qui s’est brisé sous les étiquettes de prix que vous mettez dessus. Extrait de Brides for sale

Grâce à son clip, elle est repérée par une association qui finance ses études aux États-Unis. Elle fuit le Moyen-Orient en cachette et échappe une nouvelle fois au mariage.

Une rappeuse engagée

Mon espoir, c’est qu’à travers mes chansons, je puisse aider à faire de ce monde un endroit où les humains ne sont pas vendus pour des intérêts politiques. Sonita Alizadeh, rappeuse afghane 

Aujourd'hui, Sonita Alizadeh étudie le droit aux États-UnisAujourd’hui, Sonita Alizadeh étudie le droit aux États-Unis• Crédits : Getty

Depuis, elle étudie le droit pour être avocate et défendre les femmes. Elle milite et voyage à travers le monde pour porter la voix de ces enfants que l’on force à être des adultes. Son clip Bride for sale a été vu plus d’1,5 millions de fois  y compris en Afghanistan.

La situation actuelle en Afghanistan est une excellente raison pour laquelle il devrait y avoir plus d’artistes, d’artistes afghans. À travers la musique, à travers l’art, on peut raconter des millions d’histoires. Sonita Alizadeh, rappeuse afghane   

Elsa Mourgues

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *