En 2013, le Syndrome respiratoire aigu sévère apparaît pour la première fois en Chine.

Comme le Covid-19, son origine est un marché d’animaux sauvages contaminés par les chauves-souris.

——————————————————–

Le SRAS, ou Syndrome respiratoire aigu sévère, est apparu pour la toute première fois en 2003. Cette maladie infectieuse des poumons était due, comme le Covid-19, à un coronavirus appelé SRS CoV, à l’aspect de couronne (corona en latin).

Comme le Covid-14

Il s’était déclaré en Chine et aussi, comme le Coronavirus actuel, dans un marché d’animaux sauvages destinés à la consommation, dans la province cette fois de Guangdang, notamment les civettes contaminées, selon les enquêtes réalisées, par des chauve-souris . Un virus qui avait traversé la barrière des espèces.

Il provoqua une pandémie printanière qui toucha 29 pays y infectant 8000 personnes et causant 774 décès.

Ses symptômes étaient tune forte fièvre après 2 à 10 jours d’incubation, des céphalées , une toux productive et une gêne respiratoire.

Comme pour le Covid-19, les radiographies pulmonaires révèlent des opacités alvéolaires et le virus est également mis en évidence par des prélèvements nasaux ou pharyngés .

Le traitement passe par l’antibiothérapie et l’oxygénothérapie , avec un isolement des malades et des protections du personnel soignant. Il sera établi que la maladie était transmissible par contact direct et des gouttelettes de sécrétions respiratoires .

En France 500 cas

De Chine l’épidémie se propagea dans des zones à forte densité de population et notamment à partir d’hôpitaux asiatiques et d’hôtels comme à Pékin, Singapour et Vietnamiens dont les clients étaient des touristes, pour la plupart, qui disperseront le virus dans le monde notamment à Toronto d’abord. Ce qui déclencha l’alerte mondiale de l’Organisation de la santé.

Mais contrairement à l’actuel Covid-19, le SRAS n’entraîna pas une contamination majeure. En France on ne compta que moins de 500 cas et un décès.

J-L G.

Prochain article: 9) Virus H1N1 ; 2009 après 1919 

Un quart des Aquitains grippés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *