———————————————————–

Jadis l’Aquitaine, en particulier Albret et Landes, étaient infectés par la malaria. La plantation artificielle de la forêt des landes de Gascogne , sous Napoléon III, a permis d’éliminer le paludisme en supprimant les marais et marécages et les moustiques qui y pullulaient et qui propageaient la maladie.

———————————————————–

L’épidémie de Covid-19 a indirectement remis en lumière le paludisme. Le professeur marseillais Didier Raoult a proposé, pour soigner ses patients, le recours à un médicament destiné initialement à traiter les malades de la malaria, la chloroquine.

Appelée aussi la fièvre des marais, la malaria ou paludisme est due à un protozoaire , un parasite propagé par les moustiques femelles, les anophèles.

Dans le monde 219 millions de personnes ont été infectées par le passé et plus de 500 000 décès lui ont été attribués lors de sa dernière propagation au XXe siècle. C’est la maladie considérée comme la plus mortelle de l’histoire de l’humanité.

Dès la préhistoire

Elle remonte à la préhistoire il y a plus de 50 000 ans. Les études ADN menées par les scientifiques ont aussi démontré que les Égyptiens du temps des pharaons étaient touchés, comme Toutankhamon dont on suppose qu’il en mourut.

Hippocrate décrit,quant à lui,sa fièvre récurrente.

En 186 avant J.C., en Chine, on invente des recettes de tisane pour la combattre.On sait aussi que l’Empire romain fut touché et qu’elle sévit aussi en Europe et notamment en Angleterre où Shakespeare l’évoque dans ses pièces.

Les polders de Belgique et des Pays-bas attirant des moustiques compteront aussi de nombreux cas.

Au début du XVIe siècle, les colons et l’esclavage qu’ils pratiquent colportèrent le paludisme en Amérique qui d’ailleurs avait été découverte par Christophe Colomb qui en était atteint.

Les antipaludiques ne seront découverts qu’au XXe Siècle dans la foulée des travaux de deux médecins du 19e. Un français, Alphonse-Charles Laveran identifia le parasite en 1880 à l’hôpital militaire de Constantine et, en 1897, son confrère anglais Ronald Ross attribue son origine au moustique. Tous deux obtinrent le prix Nobel de médecine  .Au départ on traita le paludisme avec de la quinine jusqu’à la découverte de la Risochine un substitut qui deviendra plus tard la Chloroquine.

L’Aquitaine sauvée par les pins maritimes

Le DDT fut aussi utilisé pour combattre les moustiques. Un procédé non écologique que l’Aquitaine pionnière en matière de démoustication durable initia avec la plantation, sous Napoléon III, de la forêt artificielle des Landes de Gascogne.

En Albret, Haussmann le baron des grands boulevards parisiens et futur préfet de la Seine, fut en charge , en Lot-et-Garonne, de la sous-préfecture de Nérac de 1832 à1840.
Il procéda non seulement au désenclavement routier de l’Albret, mais dans un rapport, adressé à Louis-Philippe, fit état des marécages et marais insalubres qui procuraient de mauvaises fièvres et faisaientt que, jadis, à la traditionnelle foire des instituteurs, aucun candidat ne se portait volontaire pour exercer dans les écoles du Néracais, boycottées en raison du paludisme.

Déjà en 1779, Charlevoix de Villiers comme Nicolas Brémontier, en 1786, n’avaient trouvé qu’une solution à l’avancée dans les terres des sables des dunes côtières d’Aquitaine: la plantation d’arbres dont les racines étaient de nature à stopper l’invasion siliceuse.

Une première forêt était ainsi née..

Le pinhadar

Sous le second Empire, Jules Chambrelent poursuivant les travaux de ses prédécesseurs prône l’hégémonie des pins maritimes contre les marigots pestilentiels qui font pulluler les moustiques qui propagent le mal paludéen.

Henri Crouzet voit, quant à lui, dans le drainage, ce que l’on appelle les crastes, une forme d’assainissement salutaire. Il fut savoir que le pin pompe quelque 200 litres d’eau quotidiennement.

Il est donc l’arbre providentiel. Napoléon III va donc lancer la dynamique du pinhadar, la forêt cultivée. Sa loi de 1857 fait obligation aux communes du Lot-et-Garonne et des Landes de boiser leurs secteurs. Le pin apportera un autre bienfait, l’exploitation économique de la sève.

Comme les Landes, l’Albret passe ainsi, sur quelque 70 000 hectares, de l’horizon linéaire et désertique des pâturages, au paysage vertical de la forêt, prison de troncs et de barreaux de bois pour les bergers à échasses, les tchanques, qui leur permettaient de traverser les anciens marais et marécages qui disparaissent et, par voie de conséquence, les moustiques propagateurs du paludisme.

Nourrissons et femmes enceintes

En piquant une personne infectée, l’anophèle, la femelle du moustique en infecte ensuite un autre par le sang et propage ainsi la maladie.

Piqûres particulièrement dangereuses pour les nourrissons et les femmes enceintes, le parasite du paludisme s’accumulant en effet dans le placenta.

La malaria continue de se manifester en Afrique, en Asie, aux Antilles et en Amérique latine. Ce qui oblige chaque voyageur ou touristes dans ces pays à prendre un traitement préventif.

En 2014, le moustique tigre en France

En 2004, le moustique tigre,ainsi appelé parce que son thorax noir porte des rayures blanches, est apparu en France du sud.

Il est responsable de maladies virales infectieuses initialement uniquement tropicales . Ce moustique propage par ses piqûres Chikungunya et Dengue. Ces virus provoquant des fièvres , des douleurs articulaires, des maux de tête, une fatigue intense et affecte surtout les nourrissons et les femmes enceintes, comme le paludisme

J-L G.

Prochain article : 8) Le Sras : Les chauve-souris incriminées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *