L’entourage du ministre de l’intérieur a répété, lundi, que près de 8 000 obligations de quitter la France ont été prononcées depuis janvier contre des ressortissants algériens, ce qu’avait démenti Abdelmadjid Tebboune.

Le Monde avec AFP

Publié hier à 20h57, mis à jour hier à 22h38

  •  
Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, devant l’Assemblée nationale, le 5 octobre 2021. STEPHANE DE SAKUTIN / AF

Quelque 7 730 obligations de quitter le territoire français (OQTF) ont été prononcées depuis janvier contre des ressortissants algériens, a assuré l’entourage du ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, lundi 11 octobre, en réponse à une accusation de mensonge sur ce sujet portée par le président algérien, Abdelmadjid Tebboune.

« Moussa Darmanin a bâti un gros mensonge », avait déclaré dimanche M. Tebboune – Moussa est le deuxième prénom de M. Darmanin, donné en hommage à son grand-père, un tirailleur algérien de la seconde guerre mondiale. « Il n’y a jamais eu 7 000 [clandestins algériens], c’est complètement faux », a ajouté M. Tebboune dans un entretien avec plusieurs médias algériens.

« La liste qui nous est parvenue en 2020 et les trois listes en 2021 comptaient 94 cas parmi lesquels vingt et un ont été acceptés et seize autres rejetés », y assure le président algérien. « Ils ne vont pas rentrer [en Algérie] car ils sont liés au terrorisme. Ils sont venus de Syrie (…). Il y a des binationaux qui n’ont pas de famille ici », avait-il ajouté.

Une liste de 94 « profils ultra-prioritaires »

En réponse, l’entourage de M. Darmanin a expliqué lundi : « La liste [des 94 Algériens] à laquelle le président Tebboune fait référence correspond aux profils ultra-prioritaires, ceux fichés pour radicalisation et qu’on considère comme les plus dangereux, qu’on veut renvoyer au plus vite. »

Par ailleurs, 97 Algériens en situation irrégulière sont inscrits au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste, et 260 Algériens en situation irrégulière sont sur la liste « Plazza », c’est-à-dire qu’ils ont commis de graves troubles à l’ordre public (meurtres, tentatives de meurtre, viols, agressions sexuelles ou trafic de stupéfiants), selon l’entourage du ministre.

Le reste des 7 730 OQTF peut concerner des personnes entrées irrégulièrement en France sans titre de séjour, vivant sur le territoire au-delà de la durée de validité d’un visa ou d’une carte de séjour valable ou représentant une menace pour l’ordre public et résidant depuis moins de trois mois en France.

Paris a annoncé, le 28 septembre, une réduction de moitié des visas pour l’Algérie et le Maroc et d’un tiers pour la Tunisie, invoquant comme raison le « refus » de ces pays de délivrer les laissez-passer consulaires nécessaires au retour des immigrés refoulés de France. Le nombre de laissez-passer consulaires attribués depuis le début de l’année, « une trentaine (…), n’est pas acceptable », a répété, lundi, l’entourage de M. Darmanin.

Alger avait réagi dès le lendemain de l’annonce de la France en convoquant l’ambassadeur français pour lui notifier une « protestation formelle du gouvernement algérien suite à une décision unilatérale du gouvernement français affectant la qualité et la fluidité de la circulation ».

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *