Anzoumane Sissoko demande à l’écrivain Achille Mbembe, “architecte” du sommet de Montpellier à la demande d’Emmanuel Macron, de faire relâcher les jeunes arrêtés alors qu’ils allaient participer au contre-sommet et de faire annuler les OQTF et IRTF. “Si cela n’était pas possible, nous vous demandons d’appeler au boycott de ce sommet.”

  •  
  •  

·  Monsieur Achille Mbembe,

La CSP75 (Coordination Sans-Papiers 75) existe depuis 20 ans à Paris. Elle se bat pour la liberté de circulation et d’installation de toutes et tous, partout et toujours de façon pacifique. Il s’agit en premier lieu d’une question d’égalité pour tous les peuples et pas seulement pour une infime partie de la population mondiale.

Dans le sommet Afrique/France dont vous êtes l’un des organisateurs, le thème qui a été choisi par le président Macron « sera exclusivement consacré à la jeunesse d’Afrique et de France qui, chaque jour, bâtit l’avenir de la relation entre la France et le continent africain ». Or les sans-papiers de la CSP75, dont la majorité est très jeune, font partie des principaux acteurs du développement dans leur pays d’origine : pour exemple, au Mali, l’aide apportée par la diaspora (dont une bonne partie est sans-papiers) est supérieure de plus de 3 fois à l’aide octroyée au titre de l’aide au développement.

N’étant pas invités à ce sommet, nous avons décidé de participer au contre-sommet Afrique/France afin que notre parole et nos attentes soient entendues. Nous avions, comme à chacune de nos actions, déclaré notre participation à ce sommet alternatif, auprès du Ministère de l’Intérieur, de la préfecture de Paris et de la préfecture de Montpellier. Nous avions également déclaré une manifestation dont le lieu a été modifié par la Préfecture. Nous avions accepté ce changement sans discussion. Mais, à peine débarqués du train, 8 personnes de notre groupe ont été arrêtées, soi-disant de façon aléatoire mais sur ordre du préfet : 2 sont actuellement en CRA et 5 personnes ont été relâchées après plusieurs heures  mais avec chacune une OQTF (obligation de quitter le territoire français) et une ITRF (Interdiction temporaire de retour sur le territoire français).

Votre combat a toujours été la reconnaissance de l’égalité des droits pour tous, aussi nous vous demandons de mettre tout en œuvre à votre niveau pour faire relâcher les 2 personnes enfermées au CRA et annuler pour toutes les personnes, les OQTF et les IRTF qui ont été signifiées.

Si cela n’était pas possible, nous vous demandons d’appeler au boycott de ce sommet, qui se veut respectueux des personnes et à leur écoute alors que la politique actuelle de ce gouvernement est tout le contraire.

Comptant sur votre bienveillance pour nous soutenir, nous vous prions de croire, Monsieur, en l’expression de notre immense considération.

Sissoko Anzoumane,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *