Publié le mardi 05 octobre 2021 à 11h50

Le groupe, composé à moitié de femmes et de jeunes filles, craignait des représailles de la  part des talibans. L’opération a été délicate jusqu’à la dernière minute.

Afghanistan : une centaine d'étudiants et de professeurs de musique ont fui à bord d'un avion Ce vol a été le résultat d’une longue planification depuis la prise de pouvoir par les talibans et a nécessité d’intenses et longs préparatifs., © AFP / Handhout / Afghanistan National Institute of Music

Plus d’une centaine d’étudiants et professeurs de musique ont fui Kaboul à bord d’un avion, annonce ce mardi le fondateur et directeur de l’Institut national de musique d’Afghanistan (l’Anim). Redoutant d’être victimes de représailles de la part des talibans, 101 membres de l’Anim ont atterri dimanche soir à Doha, indique Ahmad Sarmast à l’Agence France Presse. Le groupe, dont la moitié environ est composée de femmes et de jeunes filles, doit s’envoler pour le Portugal avec le soutien du gouvernement de ce pays, déclare le fondateur de l’institut, réfugié à Melbourne.  

L’opération a été délicate jusqu’à la dernière minute, raconte-t-il. Avec l’aide de l’ambassade du Qatar à Kaboul, les musiciens ont été acheminés par petits groupes jusqu’à l’aéroport de la ville. Dans un premier temps, les talibans qui contrôlent l’aéroport ont émis des doutes quant à leurs visas, un problème finalement résolu par l’ambassade du Qatar. Puis, les femmes et les jeunes filles se sont vues opposer une interdiction de quitter le territoire avec “leur passeport temporaire”, généralement délivré aux représentants officiels. “D’après ce que j’ai compris, il ne s’agissait pas tant du type de passeport que du fait que les jeunes filles fuyaient  

“Le moment le plus heureux de toute ma vie”

Les autorités du Qatar ont réussi à négocier leur passage. Quand le vol a fini par décoller avec les musiciens à son bord, notamment les filles de l’orchestre Zohra, âgées de 13 à 20 ans, il a été envahi par une immense émotion.  “C’est le moment le plus heureux de toute ma vie”, affirme M. Sarmast, qui reconnait avoir beaucoup pleuré. Le fondateur de l’Institut a pourtant vécu un grand nombre de moments intenses avec ses élèves, notamment quand ils étaient ovationnés à l’issue des concerts donnés lors de leurs tournées internationales.

Ce vol a été le résultat d’une longue planification depuis la prise de pouvoir par les talibans et a nécessité d’intenses et longs préparatifs. “Dès que les talibans ont pris le pouvoir à Kaboul, les musiciens ont été victimes de discriminations. Le peuple afghan a été réduit au silence une fois de plus”, souligne M. Sarmast. Depuis leur retour au pouvoir à la mi-août, les islamistes ont tenté de rassurer la population afghane et la communauté internationale, en affirmant qu’ils se montreraient moins stricts que par le passé. Ils ont cependant juré de diriger le pays selon leur interprétation stricte de la charia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *