Lorraine

Robert Rouyer, le passeur de zones et doyen de la PAM

1940, l’exode. A pied, en vélo, en train, en camion, Robert Rouyer traverse la France occupée de Lorraine en Lot-et Garonne. Sur le route, de Pont-à-Mousson, sa ville natale, à Brive. En 1943, requis pour le STO, il saute du train de sa déportation à Katowice en Pologne. A la libération, il fait souche définitivement à Fumel après s’être réfugié dans la clandestinité à Montluçon.

Inde

Anyl Nawle : le pain noir du boulanger de Lévignac

Originaire de la région de Maharashtra en Inde, Anyl Nawle est le nouveau boulanger de Lévignac de Guyenne où le four à bois renaît à la vie. Son pain est excellent. Ses consommateurs satisfaits et de plus en plus nombreux. Reste à faire germer les graines de l’adaptation dans un terroir parfois hostile. Une autre histoire

Vietnam

Daniel Weissberg sur les pas du père

Weissberg est un nom qui parle à la mémoire des lecteurs d’Ancrage. Il y a deux ans (Ancrage juillet 2003) nous avions raconté l’épopée d’Herbert Weissberg, le père de Daniel. Certains se rappellent sûrement l’histoire de ce Prussien de 16 ans, enrôlé de force dans la Kriegsmarine, puis engagé dans la Légion Française en quête de bras pour l’Indochine. A l’autre bout du monde, Herbert avait uni sa destinée à Agnès Le The Tring, une compagne qui lui donna neuf enfants. La suite ramène à la chute de l’empire colonial français et à l’exil en France. Au camp de Bias…
Nous avions alors “laissé” Daniel a ses études, puis à sa présidence de l’UFR de géographie à l’université du Mirail à Toulouse
Hasard du métier. Courant 2003, nous apprenons la nomination de Daniel Weissberg à la direction de l’Agence de la Francophonie pour l’Asie du Sud-Est. Mieux encore, son retour à la ville natale, où il supervise – entre autres missions – le développement d’un organisme de formation spécialisé dans la pêche.
C’est ce retour aux sources, un demi-siècle après le départ des siens qui a rétabli le contact avec ce fils du Viet Nam et du Lot et Garonne. Daniel Weissberg a accepté de refaire le trajet pour Ancrage avec cette fois une nuance de taille. Le regard de l’adulte s’est substitué à celui de l’enfant.
Son témoignage est présenté sous la forme d’un entretien avec l’un de ses amis, Francis Ricard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *