FUMEL AUX COULEURS DU MONDE

Des ouvriers du monde entier ont donné leurs bras à la prospérité de l’usine de Fumel. Aujourd’hui que l’avenir s’écrit avec un gros point d’interrogation, retour sur une aventure industrielle qui se perd dans la nuit des temps

L’internationale du basket

Vitrine de la politique paternaliste de l’usine la section basket de l’A.S.F (association sportive fuméloise) a rivalisé avec les meilleurs clubs de France. Composée d’Italiens, Russes et Polonais, le premier étranger de la formation était un Français !

Roger Capelli, l’homme des Hauts Fourneaux

Fils d’immigrés Italiens, Roger Capelli, enfance dans le Fumélois, itinéraire atypique pour un expert en hauts fourneaux de Pont-à-Mousson, est rentré au pays. Avec l’évocation de la magie du feu continue le récit d’une histoire d’homme engagé

Ignace Garay : la lutte sans fin

Fils d’immigrés de Bilbao et de Sestao, cinquante sept ans le 21 mai prochain. Il entré à l’usine en 1970 et préretraité de l’amiante, aujourd’hui expert libre auprès du comité d’entreprise sur les questions sociales, financières et industrielles, Ignace Garay continue le combat pour ses cadets

Ermelinda et Alberto Rochas

Tous frères de labeur

Au Portugal, Alberto avait un beau métier et un salaire de misère. A Fumel un travail dur et une paie deux fois supérieure à celle du pays natal

Omar Zidani, Mustapha Raji, Youssef Ennaga

Terminus ou salle d’attente en Fumélois

Arrivés notamment durant les années soixante dix, ils ont atteint l’‰ge de la retraite dans la mouvance de l’usine. Beaucoup sont restés. Nés au Maroc ou aux pieds des hauts fourneaux, leurs enfants leur ont emboité le pas. Certains se retrouvent dans l’impasse

Lorenza et Claude Cavalier

Générations métallurgistes.

Fille d’immigré espagnol, Lorenza Cavalier est entrée à la SMP à21 ans où elle a connu son mari Claude. elle faisait un travail d’homme pour un salaire au rabais. Aujourd’hui retraités, ils “vivent” l’usine à travers leurs deux fils Jean-Louis et Christophe

Sous haute surveillance

L’usine de Fumel figure au rang des 71 entreprises lot-et-garonnaises travaillant pour la défense nationale. Les étrangers sont étroitement surveillés pendant la seconde guerre mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *