Dossier spécial Charlie

« Si le crime est plus fort que la loi, c’est le crime qui impose sa loi, c’est le crime qui est la loi. » (Cavanna)

Mieux qu’un long discours, un dessin à la Une signé Veyri pour rendre hommage aux confrères  assassinés de Charlie Hebdo. (lire les Unes) Un coup de plume pour dénoncer l’intolérance, cette peste qui anéantit nos compatriotes aux multiples racines, de Paris et de Copenhague. Ces citoyens du monde comme nous les aimons tant, ici  à Ancrage…

Souvenirs d’école (Jean-Louis Guidez)

Les tueries de Paris m’ont reconduit à l’école. En souvenirs ! L’école du vivre ensemble, l’école

de l’intégration. Je les ai vécues en culottes courtes. Je les ai apprises à la Laïque, la communale villageoise de la République. Dans ces années d’après guerres, quand les industries, qu’elles avaient décimées de leur main-d’oeuvre, appelaient, au pays du charbon, des émigrés en renfort. Les Polonais, les précurseurs, puis les travailleurs marocains…

Charly et moi (Sandrine Lacombe)

Pour moi, Charlie Hebdo a toujours représenté une  bande de gais lurons foncièrementlibres. Plus qu’un symbole de liberté, et en particulier de la liberté d’expression, ce journal en est le garant. Dans nos sociétés, il est très important d’avoir cette garantie de liberté d’expression, c’est un des piliers de la démocratie et, en ce sens, il est fondamental et rassurant que Charlie Hebdo existe, même si on ne le lit pas.

Eloge de la laïcité (Maïté Urruela)

Je suis laïque…Vraiment laïque. Certains diront « laïcarde ». En ces temps où l’obscurantisme s’arme de kalachnikov, je revendique haut et fort ce beau mot de la langue française : laïcité. Une laïcité qui ne peut s’appliquer qu’avec une grande intransigeance. Ce terme ne peut souffrir aucune atteinte à sa définition, aucune dérogation à son identité. Pas de laïcité positive. Pas de laïcité ouverte. Pas de laïcité tolérante ou compréhensive. Pas de laïcité au rabais.

L’après Charlie :le risque sécuritaire (Jean-François Meekel)

La France a-t-elle résisté à la fuite en avant sécuritaire ? Avons-nous su raison garder et protéger l’essentiel de nos libertés tout en assurant globalement la sécurité de nos concitoyens ? Il est sans doute trop tôt pour conclure mais au travers d’une veille non exhaustive, une observation des propos et des actes de nos responsables politiques au pouvoir ou dans l’opposition, il semble que nous ayons échappé à la catastrophe du  « patriot act » à la française que nous promettaient certains d’entre eux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *