Des personnes qui vivaient, pour certaines depuis près de 5 ans, dans un camp de fortune sous la passerelle du tram C à proximité de la rocade et d’Ikéa, ont retrouvé leur campement rasé en revenant de leur travail… Effets personnels, papiers administratifs, ordinateurs portables, toute leur vie est partie dans une benne direction la déchetterie. Madame la préfète de Gironde Buccio, Bordeaux métropole et son président Anziani et la Mairie de Bordeaux ont solutionné le problème en le déplaçant de 50 mètres.Bien évidemment aucune solution n’a été apportée à ces personnes qui étaient “suivies” par les services de la mairie les laissant comme à l’habitude dans l’incompréhension totale.Bien évidemment, comme à chaque fois, c’est aux associations intervenant auprès des personnes à la rue de gérer les suites de l’expulsion. 10 tentes 4 places ont été achetées pour permettre à bon nombre d’entre-eux d’être à l’abri cette nuit. Une nouvelle fois l’Etat et les collectivités locales se déchargent sur les associations et les bénévoles citoyens, de leur responsabilité se renvoyant la balle avec le fameux “c’est pas ma faute à moi”.Une nouvelle fois ces invisibles, ces laissés pour compte, courbent l’échine et font preuve d’une incroyable résilience…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.