Les manifestations contre la vie chère ont trouvé un nouvel écho. Près de 3 000 personnes ont défilé à Rabat, dimanche, selon des journalistes présents sur place, contre la hausse des prix de l’essence et des produits alimentaires. À l’initiative du Front social marocain, qui rassemble des partis politiques et des organisations syndicales de gauche, cet événement souhaitait aussi dénoncer la répression dont les oppositions sont victimes. Le gouvernement, accusé d’incarner « le mariage de l’argent et du pouvoir », est visé pour son inaction face à la baisse du pouvoir d’achat, alors que la pandémie de covid-19 et l’inflation ont replongé le pays « au niveau de pauvreté et de vulnérabilité de 2014 », d’après une note du Haut-Commissariat au plan.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.