28 septembre 2021 Par Agence France-Presse

L’avocate afghane Freshta Karimi est la lauréate cette année du prix international des Droits de l’Homme Ludovic-Trarieux, décerné mardi à Paris, a-t-on appris auprès de l’organisation.

Freshta Karimi, 38 ans, a fondé et dirige DQG (Da Qanoon Ghushtonky), une des plus grandes organisations d’aide juridique en Afghanistan qui soutient notamment les femmes et les enfants du pays pour le respect de leurs droits.

Mme Karimi, qui a régulièrement représenté ces dernières années son organisation à l’étranger, a été très peu vue depuis le retour au pouvoir des talibans à Kaboul en août, a souligné auprès de l’AFP Me Bertrand Favreau, fondateur du prix et président du jury.

« Elle a subi depuis au moins cinq ans la menace des talibans dans toutes les villes où elle essayait d’ouvrir un bureau pour informer les femmes de leurs droits, ce qui ne l’a pas empêchée de continuer obstinément à aller à leur rencontre, même dans les villages les plus reculés. Aujourd’hui, elle est parmi les avocats les plus menacés au monde », a observé Me Favreau.

L’an dernier, le prix Ludovic-Trarieux avait été attribué aux soeurs avocates turques Barkin et Ebru Timtik.

Barkin purge une peine de dix-huit années de prison en Turquie, tandis qu’Ebru, condamnée en 2019 à treize ans de réclusion pour « appartenance à une organisation terroriste », est morte en août 2020 après 238 jours de grève de la faim.

Le jury a par ailleurs désigné mardi le barreau de Beyrouth, gravement touché par la crise économique et sociale qui sévit au Liban, « barreau de l’année ».

Le jury de ce 26e prix Ludovic-Trarieux, du nom de l’avocat fondateur de la Ligue des droits de l’Homme en 1898, était composé de 27 avocats, représentant une dizaine de barreaux de grandes capitales et d’associations d’avocats européens.

Le prix, dont la première édition en 1985 a été attribuée à Nelson Mandela, vise à récompenser chaque année un avocat ayant illustré « par son œuvre, son activité ou ses souffrances, la défense du respect des droits de l’Homme ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *