Depuis la fin de 2020, le sud de l’Ethiopie est frappé par une sécheresse aux conséquences néfastes pour les familles des nomades somalis.

Par Service vidéo du Monde (avec AFP) Publié aujourd’hui à 14h59

Quasi aucune goutte de pluie depuis dix-huit mois. Dans le village de Hargududo, situé dans la région Somali, en Ethiopie, les familles de nomades ont perdu la plupart de leur bétail. « Il n’y a plus aucun animal qui reste, affirme Abdi Kabe Adan, victime de la sécheresse. J’ai vu des chèvres manger leurs propres excréments et des chameaux manger d’autres chameaux. C’est quelque chose que je n’ai jamais vu de toute ma vie. »

L’ONU estime qu’en Ethiopie entre 5 % à 6 % de la population, soit 5,5 millions et 6,5 millions de personnes, sont en situation de grave insécurité alimentaire en raison de la sécheresse. Cette catastrophe humanitaire s’ajoute à celle qu’a engendrée le conflit dans la région du Tigré, dans le nord du pays. Dans son dernier rapport, le GIEC estime que la fréquence des sécheresses a doublé en Afrique de l’Est depuis 2005.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *