Courage. Le temps n’est plus à l’optimisme, il est au courage et aux courageux” Le premier numéro de la revue Far-Ouest est dans les kiosques et librairies depuis plusieurs mois déjà, c’est la version papier, à priori trimestrielle, émanant du site multimédia éponyme crée en 2017 par quelques jeunes gens et traitant de sujets concernant la Nouvelle Aquitaine. La parole à l’équipe:

“En 2017, nous avons lancé Revue Far Ouest. Un média qui raconte son époque depuis le Sud-Ouest. Un média local, indépendant et sans publicité. Un média qui raconte des histoires en circuit court et format long.

Nous n’avons pas pour vocation de faire de l’actualité dite « chaude » et nous souhaitons échapper aux traditionnelles rubriques telles que « Économie », « Écologie », « Société »… Nous voulons aborder toutes ces questions, mais à notre manière. Grâce à de longs formats multimédias, sous forme de feuilleton, pour aborder en profondeur toutes les facettes de ces sujets et bien plus encore.

Depuis 2017, nous avons publié des centaines de récits, chacun drainant son lot de nouvelles questions et réflexions. Comment les plus démunis survivent-ils dans les squats ? Comment les violences faites aux femmes se manifestent-elles, et comment lutter contre ? Comment supporter un football populaire ? La violence est-elle toujours politique ? Comment quatre amis ont-ils inventé Tinder avant l’heure sur minitel dans les années 1990 ? Comment chasse-t-on les fantômes et les esprits malfaisants ?”

Et c’est donc une part de ce travail que nous retrouvons aujourd’hui dans la revue papier, des dossiers qui trouveraient très naturellement leur place dans notre revue Ancrage comme celui que Laurent Perpigna Iban a consacré aux Sahraouis réfugiés à Bordeaux ou encore l’histoire de doudou, le prof d’anglais du collège de Castillon, né sur le Plateau à Dakar, en écho à nos propres récits de métissages.

Mais encore la décroissance, le féminisme, les gilets jaunes,le désarment, chaotique, d’ETA, le foot au féminin,etc… et même un poème de l’ami Gabriel Okoundji. Le tout joliment illustré, en particulier la Une avec un très beau portrait signé Ken (Ken Wong Youk). En vente dans toutes les bonnes librairies au prix de 17 euros.

JF Meekel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *