Au Pays basque, les petites fermes laitières ovines, dominantes, ont développé un modèle agricole bien plus résilient, face à la crise, que les grandes exploitations dépendantes des marchés.

Patrick Piro • 8 février 2024abonné·es

Article paru
dans l’hebdo N° 1796

Partager :

« L’agriculture paysanne, c’est ça qui nous sauve »
Kaiet Barberarena au volant de son tracteur Fiat rouge, « 50 chevaux, et autant d’années ».
© Patrick Piro

Dans le même dossier…

« Ouvriers, paysans et mangeurs, ensemble » Comment la FNSEA exploite les ouvriers agricoles Derrière la FNSEA, le lobby des agrimanagers

L’agriculture sacrifiée

Il fait encore doux à Iholdy, en cette fin de journée. Aussi suggère-t-il que l’on discute dans le petit salon de jardin où trône un chevalet à griller la châtaigne. Kaiet Barberarena parle avec affection de son cheptel, 300 brebis laitières manex à tête rousse, huit vaches blondes d’Aquitaine, une vingtaine de porcs kintoa – uniquement des races locales –, ainsi que de son hectare de pommiers dont il offre le jus avec fierté. « Il y a aussi du café, mais ça vient de beaucoup plus loin. » Il tient également à montrer son tracteur. Kaiet Barberarena n’a rien d’un rouleur de mécaniques, bien au contraire.

Son Fiat rouge lui fait office de manifeste alors que le suréquipement gagne certaines fermes basques. « 50 chevaux, et autant d’années, il fonctionne très bien, je n’ai pas besoin de plus. Et il ne gonfle pas la facture de gazole non routier [GNR]. Chez nous, on n’en consomme pas plus de 2 000 litres par an. »

Une terre de petit élevage

Installé en Gaec (1) depuis 2021 avec son père, Kaiet Barberarena, 26 ans, est adepte de la prudence économique. Pour la viande de ses porcs, qu’il vend sous forme de spécialités charcutières, il a choisi de ne pas investir dans un laboratoire de transformation, mais d’en louer un, à la journée. « S’équiper inconsidérément, c’est faire des dettes et tomber dans l’incitation à produire toujours plus pour les rembourser. L’argent que je gagne, c’est celui que je n’ai pas dépensé. »

1

Groupement agricole d’exploitation en commun.

Les collines verdoyantes du Pays basque sont une terre de petit élevage, et la brebis y est reine. Taille moyenne des exploitations : 32 hectares. Une spécificité marquée, au point que le syndicat Euskal herriko Laborarien Batasuna (ELB), branche locale de la Confédération paysanne, en est le pôle national pour sa commission « petites fermes ». La moitié des paysan·nes basques sont affilié·es à ELB.
La crise sévit dans les exploitations, comme ailleurs. Paille, GNR, maïs pour l’alimentation animale, etc., le doublement des prix est une règle quasi générale.

L’agriculture d’ici n’a rien à voir avec celle des grandes plaines céréalières.

I. Elosegi

L’inflation a frappé, puis la sécheresse, et les revenus n’ont pas suivi. Au Pays basque, une personne active, dans la filière lait, touche en moyenne entre 0,4 et 0,5 Smic, tout en bas de la grille nationale. « L’agriculture d’ici n’a rien à voir avec celle des grandes plaines céréalières qui focalisent l’attention de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs », appuie Iker Elosegi, coordinateur d’Euskal herriko Laborantza Ganbara (EHLG), service d’accompagnement des paysans du Pays basque.

À la ferme Elissalde Borba, sur les hauteurs de Jaxu, c’est la pleine période d’agnelage, en ce début février. Une brebis vient de mettre bas. Jenny Audy l’isole avec son petit dans une cellule où il va pouvoir calmement se « mettre en route » auprès des mamelles de sa mère. Première tétée, pose des boucles d’identification aux oreilles, enregistrement, paillage. « Ces deux dernières années, on a tenu que parce qu’on avait de la trésorerie pour taper dedans, commente l’éleveuse. Heureusement qu’on était solide ! »

Sur le même sujet : « Nous ne pouvons plus vivre de notre travail »

Quelque 250 brebis, pour le lait ou la viande, une vingtaine de cochons : l’économie de la ferme – où elle s’est installée depuis 2019 avec son compagnon Joakin Etcheverria – est tendue vers l’optimisation des ressources. La mécanisation est réduite à l’indispensable, la période de mise bas des agneaux n’est pas calée sur la période commerciale de Noël, comme classiquement, car les 26 hectares de prairie argileuse de l’exploitation ne fourniraient pas suffisamment d’herbe à cette époque. « Le point fragile de notre économie, ce sont les achats de rations animales, que nous tentons de limiter au mieux, explique-t-elle. Pas de pesticides, pas question non plus de ‘forcer’ les brebis, on attend qu’elles aient deux ans pour leur première mise bas. »

Le couple, membre d’ELB, mise sur des dispositifs collectifs. La transformation de la viande s’effectue au sein d’une coopérative où 35 fermes se partagent l’utilisation du local d’un ancien charcutier. Même esprit pour le lait, dont une partie est destinée à la fabrication d’ossau-iraty : c’est dans un saloir collectif que sont élaborées les meules de fromage. La spécialité basque bénéficie d’une appellation d’origine protégée (AOP) qui garantit sa qualité : brebis laitières de races locales, alimentées principalement par la pâture et sans OGM, période de traite limitée, transformation du lait de façon traditionnelle.

La PAC, c’est un système pourri !

J. Audy

« Un cahier des charges exigeant, c’est très important pour la valorisation de notre travail », souligne Jenny Audy. Le couple commercialise 95 % de ses produits par la vente directe. « C’est beaucoup de boulot, on a peu augmenté les prix pour ne pas perdre nos clients, mais on parvient à se rémunérer sans qu’il faille augmenter le troupeau ou bouffer le voisin. » Directement visée, la politique agricole commune (PAC) de l’Union européenne. Ses subventions, qui assurent souvent l’essentiel du revenu des grands céréaliers, incitent, par leur mécanisme, à accroître les superficies exploitées et la taille des troupeaux. « C’est un système pourri ! »

Revenus trop faibles, concurrence abusive des importations favorisées par le libre-échange, « la colère du monde agricole est légitime, reconnaît sans détour Kaiet Barberarena. Cependant, face à la crise, nous ne partageons pas les mêmes revendications que les syndicats agricoles dominants ».
En particulier, la mise en pause sine die du plan national d’élimination des pesticides arrachée au gouvernement fait bondir Jenny Audy.

Sur le même sujet : Comment la FNSEA exploite les ouvriers agricoles

« Ce n’est pas Arnaud Rousseau, président de la FNSEA, qui va s’exposer au glyphosate, mais ses salariés qui font les épandages sur ses 700 hectares de céréales. Quelle arnaque ! Ils ont convaincu les gens de sortir dans la rue pour réclamer un ‘revenu digne’, mais finalement il s’agit encore et toujours d’accroître la production. Et au bout, pour quelle augmentation du revenu ? » Car la course aux investissements génère plus de dettes, et une dépendance ainsi qu’une précarité accrue face au marché et aux banques.

Des choix collectifs forts

« Laissez-nous produire, arrêtez avec les normes, etc., ce n’est pas la première fois que les syndicats dominants nous font le coup de ce discours hyperpopuliste, relève Iker Elosegi à EHLG. Cette nouvelle crise est révélatrice d’un système qui s’effondre. Et la FNSEA, qui dicte leur politique à tous les gouvernements successifs, en est largement comptable. »

Peio Iriquin, éleveur à Itxassou, a lui aussi tourné le dos à cette fuite en avant. « Je n’ambitionne pas de mourir riche, mais de vivre décemment de mon métier. » À 31 ans, il est installé en Gaec avec son père sur la ferme familiale. Qualité, autonomie, diversification, circuits courts, il adhère pleinement aux lignes directrices d’ELB. « Augmenter notre production ? Elle est déjà ajustée à ce que nos parcelles peuvent produire d’aliment pour les animaux. Pour faire plus, il faudrait acheter du fourrage, et dépendre des marchés. » Il travaille avec des races locales de brebis, de vaches et de cochons, ce qui lui donne accès aux signes de qualité tel que l’AOP ossau-iraty.

Peio Iriquin, éleveur à Itxassou, privilégie les races locales de brebis, de vaches et de cochons. (Photo : Patrick Piro.)

Dans son attention au maintien de la biodiversité, il développe avec son père un troupeau de brebis manex à tête noire, variété montagnarde devenue rare, « car les pâtures des hauteurs ont progressivement été délaissées ». Il possède aussi plusieurs poneys pottok, race pyrénéenne rustique, et a même planté quelques pieds de cerisiers noirs, variété typique d’Itxassou qui a failli disparaître. « Il y a soixante ans, les fermes faisaient un peu de tout. Nous cherchons à retrouver cette diversification qui leur assurait un bon équilibre. »

Nous ne ressentons pas ce désespoir qui transpire ailleurs dans le milieu agricole.

P. Sainte-Marie

L’agriculture, très présente au Pays basque, y a conservé un certain prestige, même dans les centres urbains, se félicitent les instances paysannes. « Les critiques ciblant les monocultures ou la puanteur du lisier, ce n’est pas chez nous, et le taux de transmission des exploitations est plus important que la moyenne, ici, relève Panpi Sainte-Marie, secrétaire général d’ELB. Nous ne ressentons pas ce désespoir qui transpire ailleurs dans le milieu agricole. Nous nous appuyons sur des ressources locales, la société civile et des choix collectifs forts. »

Kaiet Barberarena insiste pour transmettre un peu de cet optimisme. « Les reportages sur la crise, à la télévision, ça ne donne pas envie aux jeunes de s’installer en agriculture. Pourtant, nous avons des outils et un modèle qui permettent de s’en sortir. Ici, nous avons fait le choix d’une agriculture paysanne et durable, et c’est ça qui nous sauve. »

Recevez Politis chez vous chaque semaine !

Abonnez-vous

Patrick Piro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.