Premier d’une série de 3 articles sur le coronavirus extrait de la revue de presse à laquelle je participe mensuellement (premier vendredi de chaque mois sur la radio girondine RIG 90. FM.) Celui-ci rappelle le rôle majeur joué par les rassemblements religieux dans la propagation du coronavirus, le Covid 19 et en particulier en France à Mulhouse où des milliers de personnes venus de partout, France, Europe, Dom Tom et Afrique ont été contaminées et ont remporté la maladie dans leur pays d’origine… Le second papier questionnera ce qui aujourd’hui saute au yeux de tous ou presque: le lien mortifère entre l’économie libérale mondialisée et la survie de notre planète, la mise en cause en particulier des transports aériens… Puis il sera question de l’Afrique à travers un bel entretien accordé au quotidien Le Monde par le prix Nobel de la Paix 2018, Denis Mukwégé. Jean-François Meekel

Connaissez-vous l’église  évangéliste de la Porte ouverte chrétienne ? Non, moi non plus, pas avant  la mi-mars quand on a découvert que c’était le principal cluster de la contamination du covid19. D’abord, une explication de ce mot très à la mode chez les stats up : cluster, un terme anglais of course qui signifie agglomérat. Ici  foyer de contamination : cette église d’obédience protestante a rassemblé dans la banlieue de Mulhouse 2500 fidèles venant de tous les coins de l’hexagone mais aussi de corse, de suisse d’Allemagne, du Sénégal, du Burkina Fasso etc…un rassemblement qui a duré une semaine entière <du 17 au 24 février, un  confinement géant dans un ancien supermarché transformé en méga Church, une semaine de bouillon de culture gourmand pour le coronavirus qui s’en est donné, du partage, à coeur joie, contaminant au moins la moitié de l’assistance. Le pasteur de la Porte Ouverte déclare même à France Info que la quasi-totalité des fidèles présents a été contaminée. « Une bombe atomique qui nous  est tombée dessus fin février et qu’on n’a pas vue », déclare Christophe Lannelonge, directeur général de l’Agence régionale de santé du Grand Est. Une bombe atomique à fragmentation dont les retombées ont arrosé très large, beaucoup dans l’Est de la France d’où les grosses difficultés sanitaires mais aussi dans toutes la France, dans le Lot-et-Garonne en particulier, mais aussi en Guyane, au Burkina Fasso et ailleurs encore   « Mulhouse est le premier évènement de  super-propagation”, explique au Monde le docteur Arnaud Fontanet, épidémiologiste et  membre du conseil scientifique.   

                             Acte de contrition

Un statut de bouc émissaire que réfute l’église de la porte ouverte, arguant qu’à l’époque  la France était au stade 1 de l’épidémie. L’interdiction des rassemblements, comme cette réunion évangéliste ou, à Paris, le Salon de l’agriculture, n’avait donc pas été encore prononcée. Et de rappeler que dans la même semaine le président Macron se trouvait lui aussi dans ce quartier périphérique de la ville serrant des paluches, sans masques ni gestes barrières. Ce qui n’empêche pas l’un des pasteurs  de l’église évangélique de faire acte de contrition:  « Je voudrais demander pardon. Pardon d’avoir pris à la légère cette crise. Pardon d’avoir regardé légèrement tous ces articles qui essayaient de nous alerter. Je n’ai pas su écouter. Pardon à Dieu pour mon égoïsme. » Ce même pasteur anime dorénavant des office en télétravail depuis chez lui.

                          Châtiment divin et bière corona

Mais la presse pointe du doigt d’autres rassemblements religieux dans le monde, également à l’origine de la propagation virale en  Corée du Sud, en Iran, mais aussi à Kuala Lumpur en Malaisie où ils étaient 16.000 fidèles fin février.

Alors cette nouvelle plaie est-elle un signe divin  selon ces croyants ?  Non pour l’église de Mulhouse qui déclare au Monde :  Qu’une église traverse une telle épreuve ne signifie pas que Dieu soit contre celle-ci. Non, il ne s’agit pas d’un jugement de Dieu ! » Mais, en Guyane, des prédicateurs assurent qu’il s’agit d’un châtiment divin. Inquiet, l’évêque de Cayenne prend la plume dans le quotidien France-Guyane: « Dieu n’est pas responsable de cette pandémie !, écrit Mgr Emmanuel Lafont le 23 mars, Dieu ne punit jamais (…) La Bible n’a jamais parlé du Covid-19 ! » Ouf. Et pour en finir, encore ceci : ce rabbin qui en Israël a distribué de la bière de marque “Corona” à ses fidèles, leur demandant de la boire en réclamant à Dieu de mettre fin à l’épidémie, car assure-t-il  “Quand on prie et qu’on boit une boisson alcoolisée, les prières ont plus de force. ». Amen !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *