Le Guide du Bordeaux colonial

Ça y est, il est là, depuis hier dans les librairies, cela fait des mois que je vous en parle mais aujourd’hui il existe : le guide du bordeaux colonial ; format poche, 250 pages, un dessin de Jacques Tardi en guise de couverture. Ce guide existe  en miroir de celui de paris publié par l’éditeur syllepse. Et pourquoi pas un guide bordelais s’est demandé notre ami André Rosevègue, cheville ouvrière du projet qui a rassemblé autour de la table des associations du réseau sortir du colonialisme gironde dont espace Marx, pourquoi pas 33,Survie, RESF, la LDH, la radio la clé des ondes etc. et  Ancrage au titre duquel j’ai fait partie de la demi-douzaine de rédacteurs. 

Ce guide contient donc plus de 200 entrées, des noms de rues, des monuments, des musées, des lieux de mémoire, des annexes. Dans l’introduction nous écrivons que ce guide prend  la question de l’Histoire de Bordeaux par le petit bout de la lorgnette, en la braquant sur le nom des rues et autres voies qui ont été retenus pour honorer ceux qui ont contribué à la construction de la France coloniale. La question de la traite négrière et de l’esclavage en est un élément important mais non exclusif. L’histoire coloniale ne s’arrête ni à l’abolition de l’esclavage, ni à la fin de l’Empire français, mais se poursuit sous d’autres formes jusqu’à aujourd’hui.

L’idée générale est de rendre visible à quel point l’état en France s’est constitué dans l’état colonial puis à quel point bordeaux s’est développé autour de son rôle dans la constitution et la gestion de l’empire.

Pas d’exclusive, Chaban, Mitterrand et le cardinal Donnet

Ni esprit de  repentance, ni volonté judiciaire dans ce travail mais l’urgence à décoloniser les imaginaires.

Pas d’exclusive non plus, Chaban côtoye Mitterrand tt deux pour leur rôle en Algérie, Bugeaud le maréchal né en Périgord prend la tète d’une cohorte de militaires pour sa pacification brutale de cette même Algérie, les scientifiques comme Broca et Paul Bert qui apportent leur caution scientifique au racisme et au sexisme, des ecclésiastiques comme le cardinal Donnet archevêque de bordeaux et des Antilles pendant un demi siècle qui s’est battu pour faire béatifier Christophe Colomb, massacreur des indiens…les grandes familles de négociants bordelais sont là bien sur, armateurs de navires pour la traite, propriétaire de plantations  aux Antilles où trimaient les esclaves, les Balguerie-Stuttenberg, les Gradis, Guestier, Mareilhac, Maurel et Prom, catholiques, juifs, protestants tous mouillés. Sur ce sujet Éric Saugera le nantais a fait un excellent travail de documentation auquel nous nous sommes souvent référés.

Pour vérifier tous mes dires, allez acheter le livre en vente donc depuis hier  dans toutes les bonnes librairies, sinon demandez le…Il coûte 10 euros, c’est cadeau. Pour des prolongements, vous pouvez aussi consulter notre site à l’adresse du  guide du bordeaux colonial et nous faire part de vos observations.  nous suivre sur la radio voisine la clé des ondes tous les mercredi à 14h, nous lire également dans Ancrage où nous publions en quelques sortes les bonnes feuilles depuis plus d’un an .

                               Jean-François Meekel     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *