Depuis l’offensive russe sur son territoire, l’Ukraine, souvent qualifiée de « grenier à blé du monde », se voit dans l’incapacité d’exporter ses céréales. Résultat : les prix augmentent et mettent en difficulté les pays les plus dépendants du blé ukrainien, mais aussi russe. Explications en podcast avec Luc Bronner, grand reporter, et Mathilde Gérard, journaliste au service Planète du « Monde ».

Par Esther Michon

Ecoutez l’épisode du 23 juin 2022

https://open.spotify.com/embed-podcast/episode/5U6LtFpRFXZKx1DhnJegll?theme=0

Depuis le début de l’offensive menée par la Russie en Ukraine, le travail des agriculteurs ukrainiens dans le pays est entravé, tandis que le blocus des ports ukrainiens de la mer Noire empêche d’exporter par navires les céréales dans le monde entier.

Or de nombreux pays dépendent des marchandises ukrainiennes mais aussi russes pour se nourrir. Sur les marchés, les prix des denrées, déjà très élevés avant la guerre, explosent, avec le risque d’augmenter l’insécurité alimentaire dans les pays les plus vulnérables.

Luc Bronner, grand reporter au Monde, s’est rendu en reportage en Ukraine auprès des agriculteurs. Dans cet épisode du podcast « L’Heure du Monde », il raconte comment la logistique agricole ukrainienne est grippée par la guerre. Mathilde Gérard, journaliste au service Planète du Monde, explique comment le conflit pèse sur la sécurité alimentaire de nombreux pays et expose des solutions pour atténuer le choc.

Un épisode produit par Esther Michon, réalisé par Florentin Baume et présenté par Morgane Tual.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *