8 décrocheurs étaient poursuivis hier devant le tribunal correctionnel de bordeaux  pour vol en réunion, en l’occurrence des portraits du président Macron, dans 4  mairies du Bassin d’Arcachon, l’action s’était déroulée au printemps dernier. Les 8 décrocheurs et décrocheuses sont des militant-e-s d’ANV (action non violente) Cop 21. L’association écologiste veut dénoncer en subtilisant l’image du président « l’incapacité de la France à prendre ses responsabilités climatiques.» Une amende de 500 euros a été requise contre les  militants. Pour les militants climat, il est urgent de « réduire radicalement et tout de suite les émissions de gaz à effet de serre au lieu de les augmenter comme ce qui se passe actuellement en France, laisser les énergies fossiles dans le sol au lieu d’autoriser Total à explorer pour en trouver de nouvelles, mettre en place des politiques d’économies d’énergie et de transfert sur des mobilités douces ou ferroviaires au lieu de continuer à faire des autoroutes et à booster le transport aérien, partager les richesses et lutter contre l’obsolescence programmée au lieu de produire toujours plus, préserver les terres de leur bétonisation au lieu d’autoriser des projets d’urbanisation comme la Jallère à Bordeaux, relocaliser et réguler au lieu de ratifier le CETA ».

Macron cul par dessus tête

Mais dès midi, plus d’une centaine de personnes s’est réunie sur le parvis (et sous une pluie quelquefois battante),  du  palais de justice de Bordeaux pour signifier leur  soutien aux décrocheurs. De nombreuses prise de paroles, des poursuivis eux-mêmes mais aussi des représentants de la confédération paysanne, de Philippe Poutou au nom des salariés de Ford Blanquefort,  de l’association Aux arbres citoyens, de la CGT départementale, d’alerte pesticides Hautes Gironde, etc. Pour le climat, visiblement à Bordeaux la jonction est réalisée entre le social et l’écologie, l’agriculture respectueuse et la lutte pour l’égalité sociale, contre la réforme des retraites…même le collectif migrants devait intervenir, par prudence, il s’est abstenu de paraître…Le candidat des verts à la mairie de Bordeaux, l’avocat Pierre Hurmic a rappelé qu’il avait défendu à l’époque les faucheurs volontaires, ils  dénonçaient déjà les OGM et Monsanto, le temps leur  a donné raison. De même demain, on donnera raison aux  décrocheurs du climat d’aujourd’hui.       

                                              Décrocheurs partout

une centaine de personnes en soutien aux 8 décrocheurs

Le 8 décembre, sur la place du Trocadéro à Paris, devant la Tour Eiffel, 100 personnes ont brandi des portraits d’Emmanuel Macron, tête à l’envers. Ces 100 portraits font partie des 134 portraits réquisitionnés dans tout l’hexagone depuis le 21 février 2019 et recherchés activement par la police. «  L’incapacité de la France à prendre ses responsabilités climatiques alors que se tient à Madrid la COP 25 et le mouvement social en cours révèlent bien le bilan déplorable du gouvernement en matière de climat et de justice sociale. Ces 100 portraits représentent le nombre de jours restants avant les élections municipales françaises. Ils rappellent qu’Emmanuel Macron continue de se contenter de beaux discours sur l’écologie et le climat avec l’espoir de bluffer et de gagner l’électorat sensible à ces questions. Cet électorat est de plus en plus important et constitue la clef pour gagner les grandes villes qui sont l’objectif stratégique de LREM aux prochaines municipales. Nous ne laisserons pas faire ce hold-up électoral !  » a déclaré Pauline Boyer, d’ANV-COP21.

                                Jean-François Meekel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *