Honte face aux 350 000 … nouveaux cas de covid enregistrés chaque jour en Inde  et la mort à chaque coin de rue, patients et familles pris dans une véritable course contre la montre, suppliant pour avoir accès à de l’oxygène et des médicaments devant des hôpitaux surpeuplés .

Honte devant les 450 migrants qui selon l’Organisation Internationale pour les Migrants (OIM)  ont péri en Méditerranée,  depuis le 1er janvier.

Honte face aux  10 millions d’enfants de la   République démocratique du Congo, du nord-est du Nigeria, du Sahel central, du Soudan du Sud et du Yémen qui,  selon l’Unicef, souffriront de malnutrition aiguë en 2021.

Honte quand on apprend que  L’Institut international de Recherche sur la paix de Stockholm  estime que les dépenses militaires mondiales s’élèvent à près de 1 645 milliards d’euros en 2020, soit une augmentation de 2,6 % par rapport à 2019

Honte alors que des millions d’individus subissent la pandémie sans les moyens médicaux nécessaires, connaissent le chômage et la précarité, souffrent de la faim, que d’autres se noient en fuyant les guerres et la misère, le montant des dépenses militaires mondiales a atteint un niveau jamais connu dans l’histoire de l’humanité. Les peuples souffrent, on leur distribue des armes. La honte !

Pour son avenir, l’humanité n’a d’autre chemin que la paix concluent les signataires de ce texte où se côtoient les porte-parole du mouvement de la paix , le représentant des fédérations des employés de banque en Inde, le responsable français de la JOC, la jeunesse ouvrière chrétienne mais aussi Jean Ziegler, le sociologue suisse,  conseiller du conseil des droits de l’homme des Nations Unies et infatigable contempteur du libéralisme, qu’il qualifie d’ordre cannibale :  le scandale le plus insupportable et le plus dramatique,  c’est le massacre quotidien perpétré par la faim, déclare -t-il dans un entretien publié dans la Tribune.   Près d’un milliard d’êtres humains sont en permanence sous-alimentés, et ainsi interdits d’exercer une activité, un travail, une responsabilité familiale. Et ce désastre, cet assassinat au grand jour intervient alors que l’agriculture mondiale est à même de nourrir copieusement l’humanité entière. Le problème aujourd’hui n’est plus la production insuffisante de la nourriture, mais le manque d’accès pour tous.

La situation est terrible. poursuit le sociologue , la famine, un  milliard d’êtres humains n’ont pas accès à une eau non toxique et ces  conglomérats pharmaceutiques qui ont la capacité de soigner voire d’éradiquer des maladies et qui  s’autolimitent pour de basses raisons mercantiles, laissant alors les épidémies ravager les populations les plus vulnérables. Pour les peuples du tiers-monde, la troisième guerre mondiale a bel et bien commencé.

Faut-il pour autant désespérer lui demande en substance son intervieweur ?

Et bien non rassure Ziegler qui s’appuie sur ’Ernesto Guevara pour lequel : les murs les plus puissants tombent par leurs fissures, formule qui est aussi le titre du dernier ouvrage de Jean Ziegler publié aux éditions de l’Aube. Il s’en explique :

«  Un phénomène planétaire inédit a surgi: la société civile. Des fronts de résistance et d’initiatives alternatives aux systèmes homogènes, aux oligarchies qui orchestrent le capitalisme financier globalisé et meurtrier, s’organisent. Une myriade de mouvements sociaux sont en marche » Et de citer  Greenpeace, Attac, WWF, Colibris (de Pierre Rabhi), Amnesty International, le mouvement des femmes, ou encore le mouvement paysan international Via Campesina Etc. le monde d’après est peut-être en route, espérons nous aussi.

                               Jean-François Meekel 

Ce texte a été rédigée dans le cadre d’une revue de presse diffusée sur la radio RIG (90.1) le vendredi 4 juin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *