SAMEDI 13 NOVEMBRE
18h00, au cinéma Max Linder de Créon,
Projection du film Sous le ciel d’Alice
de Chloé Mazlo (avec Darina Al Jouandi)


19H30 à 20h30, débat sur la condition de la femme au liban en présence du couple franco libanais Françoise et Habib Chamat, animé par Jean-François Meekel et josette Touzet.

DIMANCHE 14 NOVEMBRE à 16h00



La Cie a le plaisir et l’honneur de partager la scène avec Monique Thomas.
le-jour-ou-Creon
SPECTACLE PLURIDISCIPLINAIRE à partir de 17 ans

Quel est le prix de la liberté, qu’elle soit sexuelle, amoureuse, politique, sociale ou religieuse ? Telle est la question que pose cette histoire stupéfiante, faite de vérité et de folie, de rage et de tendresse.

Fidèle à la mémoire d’un père écrivain et journaliste, combattant de la liberté, Noun décide de mettre fin à la commémoration mortuaire de ce père et de faire respecter les dernières volontés du défunt : être enterré sur un air de jazz. Ce livre est le récit d’une renaissance, dans un Liban contemporain, d’une jeune fille qui a côtoyé la folie, l’enfermement et la mort.

Noun évoque la guerre, le carcan de la religion, le poids des préjugés et la lutte contre une société masculine toute puissante, interdisant à la femme l’exercice de la parole. Trois femmes s’unissent pour servir ce récit, une chanteuse Monique Thomas, une lectrice Dominique Garras et une metteuse en scène Laure Julian Dallet.

Pas une autobiographie, pas une psychanalyse, ce texte est une épiphanie. Il est né d’un enfermement. Darina Al Joundi à sa libération et à la mort de son père, écrit ce texte pour la scène, en inventant un personnage qui transcende son histoire.

Nous allons à notre tour nous frayer un chemin dans cette histoire de vie, loin de nos bases, de notre culture, mais qui résonne d’une lutte pour la liberté et de son prix à payer.

Nous faisons notre ce cri pour le faire entendre au mieux, nos corps et nos voix en caisse de résonnance. L’auteur dit « Noun ce n’est pas moi, c’est une de mes Moi. Nous allons convoquer nos Moi, afin de les conjuguer au mieux, rythmée par ce souffle dramatique .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *