Alexandre Tano Kan Koffi

L’empereur Ménélik II fut l’un des plus grands dirigeants éthiopiens. Il fut roi et empereur d’Éthiopie de 1889 à 1913. Il naquit sous le nom de Sahle Miriam le 17 août 1884 à Ankober, Shewa, en Éthiopie. Sa mère, Woizero Ejigayehu Lemma Adyamo, était une servante du palais et son père était le prince Haile-Melekot, fils du roi Sahle Sillasse. Au cours d’une invasion de l’empereur Tewodros II en 1855, Melekot fut tué et Miriam fut fait prisonnier et retenu captif pendant dix ans dans la forteresse de la montagne de l’empereur Amba Magdela. Il a été élevé aux côtés des enfants de l’empereur et traité comme un prince. Miriam s’est échappé de Magdela en 1865 et est rentré chez lui à Shewa. On raconte que Miriam mesurait six pieds et avait un teint foncé, des marques de variole sur le visage et de fines dents blanches.

Ato Bezebeh, nommé gouverneur par l’empereur Tewodros II, a fui la région lorsque Miriam est revenu et Miriam est devenu Negus (roi) de la région. À la mort de l’empereur Tewodros II en 1868, Miriam souhaite devenir empereur, mais doit se soumettre à Tekle Giorgis (1868–1872) et à Yohannes IV (1872–1889). Pendant ce temps, Miriam commença à incorporer plusieurs royaumes et états du sud de l’Éthiopie à son règne et au moment de la mort de Yohannes IV en 1889, Miriam était devenu le plus puissant souverain d’Éthiopie, à la fois roi et empereur.

Miriam prit le nom d’empereur Ménélik II lors de son couronnement le 3 novembre 1889. Ses ancêtres dirigeaient Menz, le cœur du pays de Shewa depuis le XVIIe siècle. Certains historiens disent que Menelik serait  de la dynastie des Salomides qui régnèrent sur l’Éthiopie entre 1268 et 1854. Le nom de couronne de Menelik II était significatif. En effet, Menelik I  était  le fils légendaire du roi  Salomon et de Makeda, la reine de Saba. Menelik II étendit l’Éthiopie presque jusqu’à ses frontières actuelles.

Au moment où Menelik II était couronné, des Italiens s’étaient installés le long de la côte de la mer Rouge et avaient créé une colonie en Érythrée. Les Ethiopiens et les Italiens sont initialement parvenus à un accord, le Traité de Wichale, mais l’interprétation italienne de l’accord a donné à l’Italie un protectorat sur l’Ethiopie. Lorsque Menelik II en a eu connaissance, il a renoncé au traité, ce qui a entraîné plusieurs escarmouches et une bataille majeure  à Adwa. L’armée italienne est défaite à la bataille d’Adwa le 1er mars 1896. Le traité annulé, les Italiens se retirent.

Menelik II a entamé une modernisation à grande échelle, qui comprenait la création d’une monnaie nationale, la construction de bâtiments destinés aux établissements d’enseignement et aux ministères, la construction d’un chemin de fer reliant Djibouti à la nouvelle capitale d’Addis-Abeba et la mise en place des premiers systèmes téléphoniques et télégraphiques de l’Empire.

En 1906, Menelik II est tombé gravement malade. Le 25 octobre 1909, il subit un grave accident paralytique, provoquant le transfert du pouvoir à son épouse, l’impératrice Taytu. Ménélik II s’est marié trois fois : avec Altash Tewodros (1864-1865), Befana Gatchew (1865-1882) et Taytu Betul (1883-1913). Il n’avait pas d’enfants avec ses épouses, mais plusieurs autres enfants d’autres femmes qu’il a reconnues. L’empereur Ménélik II mourut à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 12 décembre 1913, à l’âge de 69 ans. Haile Selassie, prochain grand dirigeant de l’ensemble de l’Éthiopie, n’a pas été couronné avant 1930.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *