La bande dessinée au secours de l’Histoire ; on connaissait l’excellent duo Tardi/Vautrin pour le Cri du Peuple par exemple, voici un nouveau duo, composé de Philippe Collin, passionné d’histoire du sport, animateur sur France Inter et Sébastien Goethals, dessinateur de BD qui n’a aucun lien de parenté avec un certain « Raymond la science », Raymond Goethals, qui fut, un temps, l’entraineur des Girondins de Bordeaux.  Pourtant, il s’agit aussi ici de  football, ou plutôt de fussball à l’allemande et du fameux match de juin 1974 qui opposa la RFA et La RDA dans le cadre de la 10éme coupe du monde de football. Un enjeu plus politique que sportif qui tourna contre toute attente à l’avantage de ceux de l’Est.

Collin et Goethals en profite pour nous conter l’histoire des deux Allemagnes à travers le destin de deux enfants, deux frères, Konrad et Andreas Werner, orphelins juifs,(1) perdus dans les décombres fumantes de Berlin, fuyant vers Leipzig, contraints d’intégrer la Stasi, la Staatssichereit, la police politique pour éviter le camp de rééducation.

Et lors de ce match d’anthologie, (2) on va les retrouver chacun d’un côté, l’ainé, Konrad, est infiltré dans l’équipe de l’Ouest en charge par la Stasi de miner le moral des troupes quand Andréas accompagne l’équipe de l’Est pour empêcher toutes les tentatives de fuite.

Mais l’affaire n’est pas si simple car Andréas est lui-même tenté de fuir le bloc de l’Est. Konrad qui va d’abord tenter de le dissuader décide in fine de l’aider à rejoindre Israël. Mais les hommes envoyés par Konrad s’avèrent être des agents de la Stasi. Andréas trahi par son frère, se retrouve en prison pour 15 ans à Leipzig…

 L’histoire se termine à New-York  où vit dorénavant Andréas. Le mur est tombé, les deux Allemagnes sont réunifiées et ce soir là,  le 26 juin 1992, la Mannschaft réunifiée également est opposée au Danemark en finale du championnat d’Europe de football en Suède. Les Danois s’impose deux à zéro. Une défaite qui contredit cette citation devenue  adage, du footballeur anglais Gary Lineker, en 1990 : «  Le football est un jeu simple : 22 hommes courent après un ballon pendant 90 minutes et à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent. »  Mais pour Andréas, le foot est loin derrière, la question reste la trahison de ce frère ainé et tant aimé. Pourra-t-il se réconcilier avec lui comme les deux Allemagnes se sont réconciliées? « J’aimerai trouver la force de lui offrir mon pardon.. On verra, on verra bien »

Un court et utile dossier historique d’une dizaine de pages vient clore l’ouvrage, il est signé de Claude Archambaud, historien , maître de conférences à l’Université de Limoges.

                       Jean-François Meekel 

1 : la défaire nazie jettent à la rue deux millions d’orphelins, une histoire enfouie sous la culpabilité du peuple allemand et qui resurgit dans les années 90 avec la diffusion d’un documentaire sur le sujet

2: les amateurs de foot, dont je ne suis pas, y retrouveront quelques figures hautes en couleur comme le Kaizer, Frantz Beckenbauer.

La Patrie des frères Werner Phillipe Collin, Sébastien Goethals

Futuropolis 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *