IMMIGRATION HELVÉTIQUE EN AQUITAINE

Quand la Suisse était pauvre et la France accueillante

Il y a bientôt cent ans, fuyant le chômage et la crise économique, des Suisses se sont installés par milliers dans le Sud-Ouest. Départements de prédilection de ces immigrés : le Lot-et-Garonne

MADELEINE KNECHT ZIMMERMANN

Avec l’accent de la Gascogne

Fille du pasteur des Suisses, Madeleine Knecht Zimmermann a vécu à Agen avec sa famille. Elle conserve un souvenir marquant des inondations de Garonne en 1952

LA SUISSE ET SES ÉMIGRÉS

Une solidarité bien ordrée

Même pendant la guerre, des organismes suisses intervenaient en France. Récit d’un petit Suisse de Bordeaux

LE CONSUL TORD LE COU AUX PRÉJUGÉS

«le Sud-Ouest était leur Far West»

André Frey, consul honoraire de la Suisse à Bordeaux, n’y perd pas son latin. Ce petit-fils d’un Bâlois arrivé à Bordeaux en 1914, tué par le tramway en 1916 a suivi à la trace les migrations helvètes depuis la bataille d’Agen entre Helvètes et Romains (en l’an 107 av. J.-C)

CHARLES BAECHLER

Le pionnier de Payerne

En 1928, Charles Baechler quittait sa ville natale en Suisse pour créer la laiterie de Broc au Temple-sur-Lot. (Lot-et- Garonne). Près d’un siècle plus tard, ses descendants maintiennent une tradition fromagère qui fait référence sur les bonnes tables du pays d’adoption

CERCLE SUISSE DE GUYENNE ET GASCOGNE

Un trait d’union

José Baechler est président du Cercle Suisse de Guyenne et Gascogne. Il explique le rôle de son association auprès des ressortissants suisses du Lot-et-Garonne et du Gers

ANDRÉ ET ISABELLE

«Du canton de Fribourg à Saint€-Pastour»

Eleveurs à Ependes, village du canton de Fribourg en Suisse, la famille Cotting a trouvé à Saint-Pastour les conditions nécessaires au développement de son élevage. «L’endroit nous plaisait», rapporte André, trente-cinq ans après son départ du pays natal

DES MOULINS HOLLANDAIS À UN PIGEONNIER DU VILLENEUVOIS

La route des oiseaux migrateurs pour une Colombe libérée

Elle le dit elle-même : Toute son existence a été celle d’un pigeon voyageur. Cette Hollandaise a fini par choisir le Lot-et- Garonne pour se poser. Dans un ancien colombier restauré, devenu son cabinet de naturopathe. A la patte, le message universel des femmes libérées

D’UN PAYS L’AUTRE

LA RUBRIQUE DES JEUNES

Durant l’année scolaire 2017-2018, une classe de quatrième du collège Damira Asperti, à Penne-d’Agenais a animé les ateliers d’écriture Ancrage

Dans le cadre de la convention éducative proposée par le Conseil départemental de Lot-et-Garonne, les élèves de quatrième de la classe d’Amélie Douady, leur professeure de français et de Marie Cécile Paris, documentaliste de l’établissement, ont participé aux ateliers proposés par la revue Ancrage. Plusieurs équipes de reporters en herbe ont mené ce travail, assumant avec enthousiasme les diff érentes étapes conduisant à la restitution de leurs enquêtes déclinées dans les pages suivantes. Conférence de rédaction, constitution des équipes, élaboration des questions, rencontres avec les témoins, saisies des textes ; les jeunes reporters ont parcouru le Villeneuvois à la rencontre des personnes de leur choix, originaires d’Algérie, du Viêt-nam, d’Australie, d’Espagne, de Côte d’Ivoire et d’Angleterre. Chacun a pu mesurer ainsi la richesse de l’identité métissée de notre bassin de population. Une éducation à la citoyenneté qui s’est prolongée par l’exposition au collège des totems interactifs « Jeter l’ancre entre Lot et Garonne ». Une opération de sensibilisation confortée par l’intervention de bénévoles de la Cimade, Elisabeth et Claude Arnaud, venus expliquer le rôle de l’ONG auprès des demandeurs d’asile, jetés par milliers sur les routes de l’exil par la misère et les guerres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *